Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Ukraine : Mercenaires syriens pour le compte de la Russie

Ukraine : Mercenaires syriens pour le compte de la Russie

VIDEO

jeudi 17 mars 2022, par siawi3

Source : https://www.youtube.com/watch?v=tObK6hqmG94

Syrie : ces « tueurs à gages » prêts à se rendre en Ukraine

euronews (en français)

En Syrie, des hommes se proposent d’aller combattre en Ukraine, le plus souvent aux côtés de l’armée russe.
Ces mercenaires sont mus par des motivations idéologiques et/ou un appât du gain.

VIDEO ici 1:40

°°°

Source : https://www.leparisien.fr/international/guerre-en-ukraine-40-000-syriens-ont-ete-recrutes-par-la-russie-pour-combattre-15-03-2022-4HFMVPT7VRBVZFDI327OEDTVEU.php

Guerre en Ukraine : 40 000 Syriens ont été recrutés par la Russie pour combattre

Ces combattants sont issus d’unités de l’armée régulière syrienne, soit des milices prorégime formées par Moscou. 22 000 candidatures auraient déjà été approuvées par des officiers russes.

Photo : Un char russe détruit par les forces ukrainiennes au bord d’une route dans la région de Lougansk, le 26 février 2022. AFP/Anatolii Stepanov

Par Le Parisien avec AFP

Le 15 mars 2022 à 15h27

La Russie renforce ses effectifs militaires. Alors que 150 000 militaires ont été déployés à la frontière avec l’Ukraine depuis le début du conflit, le pays de Vladimir Poutine cherche du soutien militaire du côté de ses alliés. Et selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), la Russie a établi des listes de 40 000 combattants de l’armée syrienne et de milices alliées, prêts à être déployés en Ukraine.

Le Kremlin avait par ailleurs annoncé le 11 mars que les volontaires, y compris ceux venant de Syrie, étaient les bienvenus pour combattre aux côtés de l’armée russe en Ukraine, envahie par l’armée russe depuis le 24 février.

À lire aussi : Guerre en Ukraine : faut-il craindre des bombardements comme en Syrie ou en Tchétchénie ?

Selon l’OSDH, des officiers russes, en coordination avec l’armée syrienne et des milices alliées, ont ouvert des bureaux d’enrôlement dans les zones tenues par le régime de Damas. Ces officiers, déployés en Syrie dans le cadre de l’intervention de Moscou en 2015 pour soutenir le régime de Damas, ont approuvé la candidature de 22 000 d’entre eux, selon Rami Abdel Rahman, directeur de l’OSDH.

Ces combattants sont soit des combattants issus d’unités de l’armée régulière syrienne, soit des milices prorégime formées par les Russes ayant l’expérience de combats en zone urbaine, d’après l’OSDH.


18 000 autres inscrits sous la houlette du groupe Wagner

Dans un pays où les soldats gagnent entre 13 et 32 euros par mois, la Russie leur promet un salaire de 1 100 dollars (soit environ 1 000 euros) pour combattre en Ukraine, a rapporté l’Observatoire. Ils ont également droit à 7 700 dollars d’indemnisation en cas de blessures, tandis que leurs familles toucheront 16 500 dollars s’ils venaient à mourir au combat, d’après la même source.

Au moins 18 000 autres hommes seront placés sous la houlette du nébuleux groupe Wagner, société russe privée de paramilitaires ayant des liens avec le Kremlin, a affirmé l’OSDH, qui a précisé ne pas avoir constaté pour l’instant de départ de recrues syriennes pour l’Ukraine.

Toutefois, un représentant du gouvernement syrien a tenu démentir l’existence de cette campagne de recrutement : « jusqu’à présent, aucun nom n’a été inscrit, aucun soldat n’est enregistré et personne ne s’est rendu en Russie pour combattre en Ukraine », a ainsi déclaré à l’AFP Omar Rahmoun, du Comité de réconciliation nationale.

Pour rappel, des mercenaires syriens ont déjà combattu en Libye et dans l’enclave caucasienne du Nagorny Karabakh. Les tactiques de guerre adoptées par la Russie en Ukraine ressemblent à celles éprouvées pendant des années par Moscou en Syrie, où les Russes ont testé la plupart de leurs armes.

Dans la rubrique International
Guerre en Ukraine : Kiev rejette l’idée russe d’une Ukraine neutre sur le modèle suédois
Guerre en Ukraine : le Sénat américain reconnaît Poutine comme un « criminel de guerre »
Guerre en Ukraine : réseaux sociaux, VPN, blogs... comment fonctionne la contre-information en Russie ?