Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Israel-Palestine : Attentats multiples, répression

Israel-Palestine : Attentats multiples, répression

dimanche 3 avril 2022, par siawi3

Source : https://www.lefigaro.fr/international/debut-de-ramadan-sanglant-en-cisjordanie-20220402

Début de ramadan sanglant en Cisjordanie

Par Thierry Oberlé

Publié le 2 avriol 22 il y a 11 heures, Mis à jour il y a 10 heures

Photo : Une patrouille de soldats israéliens le 30 mars 2022, près de Jenine. JAAFAR ASHTIYEH / AFP

Trois activistes palestiniens sont morts et quatre policiers israéliens ont été blessés dans une fusillade dans la nuit de vendredi à samedi.

De notre correspondant à Jérusalem

Trois Palestiniens membres du Djihad Islamique sont morts dans la nuit de vendredi à samedi près de Jenine en Cisjordanie occupée lors d’un intense échange de coups de feu avec des policiers israéliens d’une équipe antiterroriste. Les forces de sécurité israéliennes déplorent quatre blessés dans leurs rangs dont un grièvement. Les activistes présumés circulaient en voiture lorsque les membres de l’unité Yamam les ont interceptés. « Il s’agissait d’une escouade terroriste impliquée dans de récentes activités terroristes contre les forces de sécurité israéliennes, et qui était apparemment sur le point de commettre un nouvel attentat », a affirmé la police dans un communiqué qui a diffusé des images des armes qui se trouvaient dans le véhicule des suspects.

À lire aussi : Attentats en Israël : le pays peut-il de nouveau basculer dans le terrorisme islamiste ?

Cette opération porte à sept le nombre de Palestiniens tués après la vague d’attentats (11 morts) qui a frappé Israël en une semaine. Elle intervient au début du mois sacré du ramadan, une période durant laquelle les autorités israéliennes redoutent que les violences s’amplifient. Depuis les attaques, le gouvernement cherche à désamorcer les tensions en Israël tout en employant la manière forte dans les territoires palestiniens où les accrochages se multiplient. Deux Palestiniens ont perdu la vie dans des arrestations dans un camp de réfugiés de Jenine, fief de la lutte contre Israël, un jeune homme a été abattu par un soldat dans des affrontements dans la vieille ville de Hébron tandis qu’un assaillant a été tué dans un bus près d’une colonie après avoir agressé au couteau un voyageur.

À VOIR AUSSI - Israël : nouvelle attaque meurtrière, près de Tel-Aviv, la troisième en une semaine

Des attaques complexes

À Jérusalem-Est, la dernière prière du vendredi avant les traditionnels coups de canon indiquant l’entrée dans le carême musulman s’est déroulée dans le calme. Le jour précédent, le député d’extrême droite Itamar Ben-Gvir avait tenté une provocation en se rendant, sous protection policière, sur l’esplanade des Mosquées, le Mont du Temple pour les Juifs.

Les attaques commises à l’intérieur du pays sont complexes. Elles ont été menées par un Palestinien de la région de Jenine et par des citoyens israéliens – un Bédouin et deux Arabes – influencés par l’idéologie djihadiste reliée à l’État Islamique (EI). Leurs victimes sont en majorité des civils juifs mais aussi des policiers - un Arabe chrétien, un Druze et une Franco-Israélienne - ou deux travailleurs ukrainiens.

Israël a renforcé les mesures de sécurité dans les villes et a déployé des forces supplémentaires en Cisjordanie et à la frontière de Gaza d’où le Hamas a lancé des menaces.

Le premier ministre Naftali Bennett a, pour sa part, appelé la population à la vigilance invitant les détenteurs d’un permis à se munir de leur arme dans l’espace public. Le lendemain de sa déclaration les demandes de port d’armes sont passées de 60 à plus de 1500.

La rédaction vous conseille

« Vers une vague de terrorisme en Israël ? »
Attentats en Israël : le pays peut-il de nouveau basculer dans le terrorisme islamiste ?

°°°

Source : https://www.20minutes.fr/monde/3263235-20220331-attaque-bus-cisjordanie-civil-blesse-assaillant-palestinien-tue

Attaque dans un bus en Cisjordanie : Un civil blessé et l’assaillant palestinien tué

L’auteur de l’attaque de mardi était un jeune Palestinien originaire de Yaabad

20 Minutes avec AFP

31/03/22 à 14h32 — Mis à jour le 02/04/22 à 20h05

Une palestinienne après l’attaque. — Nasser Nasser/AP/SIPA

Un Palestinien a poignardé ce jeudi un passager dans un bus dans le sud de la Cisjordanie occupée, le blessant grièvement, avant d’être abattu par un autre passager, a indiqué l’armée israélienne.
Une attaque terroriste

« Un terroriste a poignardé un passager dans un bus près de la colonie d’Elazar. Le passager a été blessé et il est soigné dans un hôpital. Un civil qui se trouvait dans le bus a tiré sur le terroriste et l’a tué », a indiqué l’armée israélienne dans un communiqué.

Le passager grièvement blessé, un homme d’environ trente ans, a été transféré à l’hôpital de Shaarei Tsedek à Jérusalem où il est entré en salle d’opération a indiqué le centre médical. Le ministère palestinien de la Santé a identifié l’assaillant comme étant Nidal Juma Jaafra, 30 ans.
Un raid de l’armée israélienne

Jeudi matin, au moins deux Palestiniens ont été tués lors d’un raid de l’armée israélienne dans le nord de la Cisjordanie occupée, a indiqué le ministère palestinien de la Santé. D’autres responsables ont aussi fait état de blessés graves.

Les forces israéliennes multiplient les opérations depuis mercredi en Cisjordanie occupée après une attaque ayant fait cinq morts mardi soir dans les rues de Bnei Brak et Ramat Gan, des localités en banlieue de Tel-Aviv. Il s’agit de la troisième attaque meurtrière en une semaine dans le pays. L’auteur de l’attaque de mardi était un jeune Palestinien originaire de Yaabad, un village près de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie.
Des violences en progression

Jérusalem, la Cisjordanie occupée et Israël ont été le théâtre à partir d’octobre 2015 et pendant des mois d’attaques anti-israéliennes commises le plus souvent par de jeunes Palestiniens isolés. Si le nombre de ce type d’attaques a depuis diminué, les violences et les affrontements ont progressé l’année dernière en Cisjordanie, selon des données récentes de l’armée israélienne et de l’ONU.

Israël avait pris la Cisjordanie à la Jordanie pendant la Guerre des six jours en 1967. Depuis, quelque 475.000 colons juifs se sont installés sur le territoire, vivant dans des colonies illégales au regard du droit international, aux côtés de près de 2,9 millions de Palestiniens.

Israël : Cinq morts dont deux Ukrainiens dans deux attaques près de Tel-Aviv

Israël : Quatre personnes tuées dans une attaque au couteau et à la voiture bélier

°°°

Source : https://www.lefigaro.fr/flash-actu/deux-palestiniens-tues-lors-d-un-raid-de-l-armee-israelienne-en-cisjordanie-occupee-20220331

Deux Palestiniens tués lors d’un raid de l’armée israélienne en Cisjordanie occupée

Par Le Figaro avec AFP

Publié le 31/03/2022 à 08:35, Mis à jour le 31/03/2022 à 08:44

Au moins deux Palestiniens ont été tués jeudi 31 mars au matin lors d’un raid de l’armée israélienne dans le nord de la Cisjordanie occupée, a indiqué le ministère palestinien de la Santé.

Les deux Palestiniens ont été tués dans des affrontements déclenchés alors que les forces israéliennes menaient une opération dans le secteur de Jénine, a indiqué le ministère alors que d’autres responsables ont aussi fait état de blessés graves. D’autres responsables ont aussi fait état de blessés graves. Les forces israéliennes multiplient les opérations depuis mercredi en Cisjordanie occupée après l’attaque ayant fait cinq morts mardi soir dans les rues de Bnei Brak et Ramat Gan, localités de la banlieue de Tel-Aviv. L’auteur de l’attaque était un jeune Palestinien originaire de Yaabad, un village près de Jénine.

À lire aussi : La semaine du FigaroVox - Israël-Palestine, une guerre sans fin ?

L’armée israélienne a confirmé que des soldats et des membres de la police des frontières, une unité de paramilitaires, ont « opéré » jeudi matin dans le secteur de Jénine afin d’appréhender des « suspects ». « Pendant cette opération, des hommes armés palestiniens ont ouvert le feu sur les troupes qui ont riposté en ouvrant le feu », a indiqué l’armée, précisant qu’un soldat avait été légèrement blessé et transporté à l’hôpital.

La rédaction vous conseille

Cisjordanie : l’armée israélienne affirme avoir tué un Palestinien après une attaque contre des soldats
Deux Palestiniens tués par l’armée israélienne en Cisjordanie

°°°

Source : https://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/israel-palestine/ce-que-l-on-sait-de-la-recente-vague-d-attentats-en-israel_5052832.html

Ce que l’on sait de la récente vague d’attentats en Israël

L’Etat hébreu a connu sa troisième attaque terroriste en à peine plus d’une semaine, mardi. Au moins cinq personnes ont été tuées.

Article rédigé par
franceinfo avec AFP
France Télévisions

Publié le 30/03/2022 12:09 Mis à jour le 30/03/2022 12:29

Photo : Des forces de sécurité israéliennes empêchent des habitants de s’approcher des lieux d’une fusillade, le 29 mars 2022 à Bnei Brak, à 7 km à l’est de Tel-Aviv. (GIL COHEN-MAGEN / AFP)

« Ce n’est pas possible qu’en moins d’une semaine, on ait 11 morts dans trois villes différentes. » Shira, une jeune femme de 25 ans interrogée par l’AFP, ne cache pas sa « peur ». En cause : une nouvelle et subite vague d’attentats en Israël. Des attaques terroristes qui inquiètent les autorités israéliennes à l’approche des fêtes du ramadan et des grands rassemblements qui les accompagnent. Alors qu’au moins cinq personnes ont été tuées mardi près de Tel-Aviv, franceinfo revient sur les faits.

Que s’est-il passé ?

Mardi soir, des résidents de la ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak, près de la métropole israélienne de Tel-Aviv, puis de la localité voisine de Ramat Gan ont fait état d’un homme circulant en voiture et ouvrant le feu sur des passants. Au moins cinq personnes ont succombé à leurs blessures.

Parmi les victimes figure un policier de 32 ans, Amir Khoury. Cet Arabe israélien a participé à l’opération pour abattre l’assaillant. Il est qualifié de « héros » par les forces de l’ordre. Deux ressortissants ukrainiens se trouvent également parmi les personnes tuées, selon la police.

Cette dernière a affirmé avoir abattu l’assaillant, sans en révéler l’identité. Mais des médias israéliens l’ont identifié comme Dia Hamarshah, un Palestinien ayant passé quatre ans dans les prisons israéliennes et originaire de Yaabad, en Cisjordanie occupée. Les attaques n’ont pour l’heure pas été revendiquées.

Dimanche 27 mars, à Hadera, dans le nord d’Israël, deux policiers, dont une Franco-Israélienne, ont été tués dans une fusillade revendiquée par l’organisation jihadiste Etat islamique (EI). Les assaillants ont été abattus. La police israélienne les a identifiés comme des agents arabes israéliens de l’EI venant d’Umm al-Fahm, ville arabe du nord d’Israël.

Enfin, cinq jours plus tôt, mardi 22 mars à Beersheva (sud), quatre Israéliens – deux hommes et deux femmes – ont été tués dans une attaque au couteau et à la voiture-bélier. Cet attentat a été perpétré par un enseignant condamné en 2016 à quatre ans de prison pour avoir planifié de se rendre en Syrie afin de combattre au sein de l’EI.

Quelles sont les réactions sur place ?

Après l’attaque survenue mardi soir, le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, a réuni de hauts responsables sécuritaires. « Les forces de sécurité sont à l’œuvre. Nous allons combattre le terrorisme d’une main de fer (...). Israël est confronté à une vague de terrorisme arabe meurtrière », a déclaré le chef du gouvernement. Dans la foulée de l’attentat, la police israélienne a dit se placer en mode « contre-terrorisme » et l’armée a déployé des renforts en Cisjordanie occupée.

Côté palestinien, le président Mahmoud Abbas a lui aussi condamné ces violences.

« Le meurtre de civils palestiniens et israéliens ne fait qu’aggraver davantage la situation alors que nous nous efforçons tous d’atteindre la stabilité. »
Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne

dans un communiqué

Le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir à Gaza et rival du Fatah laïque de Mahmoud Abbas, a affirmé dans un communiqué que « cette opération [était] une réponse naturelle aux crimes de l’occupation contre les droits de notre peuple et de notre terre et de nos lieux saints ».

Dans quel contexte surviennent ces attaques ?

Ces derniers jours, des rencontres se multiplient pour tenter d’atténuer les tensions à l’approche du ramadan. Ce mois saint de jeûne pour les musulmans doit débuter en fin de semaine.

En 2021, des affrontements entre forces israéliennes et manifestants palestiniens pendant le ramadan à Jérusalem, notamment sur l’esplanade des Mosquées, lieu saint musulman situé dans la partie orientale occupée et sous administration de la Jordanie, avaient mené à une guerre meurtrière de onze jours entre le Hamas, au pouvoir à Gaza, et l’armée israélienne.

Cherchant à apaiser la situation pendant le ramadan, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, s’est entretenu mardi avec le roi de Jordanie, Abdallah II, à Amman, avant une visite similaire mercredi du président israélien Isaac Herzog. Devant Benny Gantz, le roi a appelé « à lever tout obstacle à la prière des musulmans sur l’esplanade des Mosquées et à empêcher les provocations qui pourraient entraîner une escalade ».

Quelles ont été les réactions de la communauté internationale ?

A l’étranger, l’Allemagne a mis en garde contre une « spirale de violence ». Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a dit « fermement » condamner l’attaque « terroriste » survenue mardi. « De tels actes de violence ne peuvent jamais être justifiés et doivent être condamnés par tous », a de son côté affirmé le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Par la voix de sa ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, le Canada s’est de son côté dit « profondément attristé et préoccupé par une nouvelle attaque haineuse en Israël ». En France, Emmanuel Macron a condamné « avec la plus grande fermeté [les] attentats meurtriers » commis ces derniers jours.

Francis Kalifat, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), a pour sa part adressé ses condoléances aux victimes de la « barbarie islamiste ».