Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Les candidats à l’élection présidentielle et la laîcité

France : Les candidats à l’élection présidentielle et la laîcité

samedi 9 avril 2022, par siawi3

Source : http://www.creal76.fr/pages/activites/les-principaux-candidats-a-l-election-presidentielle-et-la-laicite.html

Les candidats et la laïcité

En cette période électorale, nous avons voulu donner un éclairage sur la position des différents candidats par rapport à la laïcité. Celle-ci est mise à contribution dans le cadre du respect des lois qui régissent notre quotidien, bien sûr et d’abord à l’école, lycée ou université, dans les services publics mais encore dans tous les domaines de la vie courante qui ont lieu dans l’espace public.

La laïcité est ce principe philosophique et politique de gouvernement qui permet de faire vivre ensemble une population dont les membres ont des idées, une culture et des origines différentes qu’il faut respecter.

C’est à partir de cette définition succincte que l’on pourrait approfondir, que nous avons établi une liste de huit critères pour pouvoir situer les différents candidats par rapport à la laïcité et dresser quelques constats.

Ces critères ont été retenus en fonction de leur actualité et de leur présence dans la campagne politique de l’élection présidentielle. Mis dans une grille, ils vous informent de la position des candidats sur ces huit points. Cette grille est mise à votre disposition sur le site du CREAL76. Nous la reproposerons aux candidats départementaux à l’élection législative du mois de juin 2022. D’ici-là, il n’est pas interdit d’ajouter d’autres critères que nous aurions pu oublier.

Voici les résultats de nos recherches pour la présente campagne présidentielle. Nous ne prétendons pas à l’exhaustivité sur tous ces points et nous sommes preneurs de tout complément d’information ou suggestion qui pourraient encore mieux éclairer ce débat très sensible mais, néanmoins, très instructif. ( Écrire à creal76 creal76.fr)

Définition de la laïcité

Ainsi nous avons pu voir que sept candidats sur 12 ne définissent pas la laïcité.

La loi de 1905

Deux candidats considèrent que la loi de 1905 définissant la séparation des Églises et de l’État doit servir à combattre les extrémistes islamistes. Six candidats estiment qu’elle permet d’appliquer les lois laïques. Parmi eux , un affirme qu’elle doit être défendue pour le faire. Deux appellent à la respecter, dont un constate qu’elle est un élément justifiant « l’islamophobie ».

La loi « contre le séparatisme »

Un candidat est l’auteur de la loi « contre le séparatisme », trois ne la trouvent pas assez sévère avec les islamistes, un s’est abstenu lors de son vote à l’Assemblée nationale, trois veulent l’abolir ou la réécrire et deux n’en parlent même pas.

Le statut dérogatoire à la loi de séparation des Églises et de l’État d’Alsace-Moselle et de certains DOM

Six candidats veulent maintenir l’actuel statut dérogatoire à la loi de séparation des Églises et de l’État d’Alsace-Moselle et de certains DOM. Un seul propose l’abrogation de cette dérogation. Cinq ne se prononcent pas ou n’en parlent pas. Parmi ces derniers, une d’entre eux est soutenue par son parti, le P.S., qui prône l’abolition de ce statut.

La loi Debré de 1959

Six candidats sont pour le maintien de la loi Debré de 1959 finançant les écoles privées sous contrat avec l’État, dont une y met la condition d’un contrôle renforcé de leur activité (sans plus de précision sur ce contrôle). Cinq ne se prononcent pas ou n’en parlent pas. Un veut abroger la loi Debré et inciter les établissements sous contrat avec l’Etat à rejoindre le Service public d’Éducation. En cas de refus, les subventions de l’État seront supprimées.

Lois actuelles sur la neutralité des fonctionnaires

Neuf candidats veulent le respect des lois actuelles sur la neutralité des fonctionnaires, a fortiori sur le voile pour deux d’entre eux et un rappel à l’obligation du respect de la hiérarchie et l’interdiction de l’enseignement de théories « idéologiques » par un troisième.

La loi de 2004

Huit se disent d’accord avec la loi de 2004 dont deux veulent l’étendre au domaine public. Un ne se prononce pas sur cette loi. Deux se déclarent contre. La dernière estime que tout signe favorable à une soumission de l’individu doit être « prohibé », sans se réclamer de la laïcité.

Voir la position des différents candidats par rapport à la laïcité
VOIR tableauici