Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > France : Guerre en Ukraine en direct : la France annonce l’expulsion de six (...)

France : Guerre en Ukraine en direct : la France annonce l’expulsion de six espions russes opérant « sous couverture diplomatique »

lundi 11 avril 2022, par siawi3

Source : https://www.lemonde.fr/international/live/2022/04/11/guerre-en-ukraine-en-direct-des-gendarmes-francais-sont-arrives-a-lviv-pour-enqueter-sur-les-crimes-de-guerre_6121573_3210.html

Photo : Une femme marche à côté d’un véhicule blindé des troupes pro-russes le bâtiment d’un théâtre détruit au cours du conflit Ukraine-Russie dans la ville portuaire du sud de Marioupol, en Ukraine, le 10 avril 2022.

Guerre en Ukraine en direct : la France annonce l’expulsion de six espions russes opérant « sous couverture diplomatique »

11 avril 22

Live en cours

L’armée ukrainienne se prépare à « une ultime bataille » dans Marioupol, ville portuaire assiégée et bombardée depuis les premiers jours de la guerre. Selon Kiev, la Russie « a presque terminé sa préparation pour un assaut sur l’est ».

21:24

Europol lance une opération visant les avoirs criminels russes

L’office européen de police Europol a annoncé, lundi, avoir lancé une opération visant les avoirs des personnes et entreprises russes sanctionnées en raison de la guerre en Ukraine. L’agence, qui siège à La Haye, a lancé cette opération baptisée « Oscar » conjointement avec les Etats membres de l’UE, ainsi que les agences Eurojust et Frontex.

L’opération vise à « soutenir les enquêtes financières des Etats membres de l’UE, ciblant les avoirs criminels détenus par des personnes physiques et morales sanctionnées en relation avec l’invasion russe de l’Ukraine », a déclaré Europol dans un communiqué. Elle vise également à « soutenir les enquêtes pénales menées par les Etats membres concernant le contournement des sanctions commerciales et économiques imposées par l’UE ».

L’opération « Oscar » se poursuivra pendant au moins un an et comprend un certain nombre d’enquêtes distinctes, a précisé Europol. Europol facilitera l’échange d’informations et de renseignements entre partenaires et fournira un soutien opérationnel dans un certain nombre d’enquêtes financières visant des avoirs criminels et le contournement des sanctions économiques de l’UE liées à l’invasion de l’Ukraine.

Europol fournira, en outre, un soutien analytique sur mesure aux enquêtes, une expertise médico-légale et technique et un soutien financier aux autorités nationales compétentes. L’Agence européenne pour la coopération judiciaire Eurojust facilitera, de son côté, l’échange d’informations stratégiques et opérationnelles, offrira une assistance et un soutien juridiques et renforcera la coopération entre les autorités nationales d’enquête et judiciaires. Frontex contribuera, pour sa part, à l’opération en renforçant le contrôle des personnes qui franchissent les frontières extérieures de l’UE et tombent sous le coup des sanctions.

21:18 Photos :

A Kharkiv

Des habitants se tiennent devant leurs appartements alors que des magasins brûlent après une attaque russe à Kharkiv, en Ukraine, lundi 11 avril 2022. FELIPE DANA / AP

Des pompiers s’efforcent d’éteindre un incendie dans des magasins de rue après une attaque russe à Kharkiv, en Ukraine, lundi 11 avril 2022. FELIPE DANA / AP

20:52

L’un des principaux opposants à Vladimir Poutine arrêté en Russie

L’un des principaux opposants au Kremlin vivant encore en Russie, Vladimir Kara-Murza, a été arrêté près de son domicile, lundi, a annoncé son avocat, Vadim Prokhorov, à l’agence de presse Interfax. Les raisons de cette arrestation n’étaient pas connues dans l’immédiat et les autorités n’ont pas fait de déclaration, mais M. Kara-Murza a plusieurs fois critiqué ces derniers jours l’intervention militaire que Moscou mène en Ukraine.

Dans une interview diffusée sur CNN+ lundi, il avait condamné « l’agression » de Vladimir Poutine contre l’Ukraine. « Je n’ai absolument aucun doute sur le fait que le régime de Poutine prendra fin à cause de cette guerre en Ukraine », a-t-il ajouté.

M. Kara-Murza, âgé de 40 ans, est un ancien journaliste proche de l’opposant Boris Nemtsov, assassiné non loin du Kremlin en 2015, et de Mikhaïl Khodorkovski, ex-oligarque devenu détracteur de M. Poutine. L’opposant affirme avoir été empoisonné deux fois, en 2015 et en 2017, en raison de ses activités politiques.

Il continue malgré tout de vivre en Russie, alors que nombre de figures de l’opposition ont choisi l’exil, notamment après l’emprisonnement, l’an dernier, d’Alexeï Navalny.

20:45

Le chancelier autrichien se montre « pessimiste » à l’égard de la « logique de guerre » de Vladimir Poutine

Photo : Le chancelier autrichien, Karl Nehammer, donne une conférence de presse à l’ambassade d’Autriche à Moscou, après sa rencontre avec Vladimir Poutine, lundi 11 avril 2022. ALEXANDER ZEMLIANICHENKO / AP

Le chancelier autrichien, Karl Nehammer, est le premier dirigeant européen à être reçu par Vladimir Poutine depuis le début de la guerre en Ukraine. « Si vous me demandez maintenant si je suis optimiste ou pessimiste, alors je suis plutôt pessimiste », a déclaré M. Nehammer à la presse à l’issue de la rencontre.

« Il ne faut pas se faire d’illusions. Le président Poutine est entré massivement dans une logique de guerre et il agit en conséquence » dans l’espoir d’enregistrer « un succès militaire » rapide, a-t-il ajouté. « Il y a peu d’intérêt du côté russe pour une rencontre directe » avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, selon le chancelier. M. Poutine a malgré tout « réitéré sa confiance » dans les pourparlers en Turquie. La dernière session s’était tenue le 29 mars à Istanbul.

Par ailleurs, M. Nehammer a défendu sa rencontre « en tête-à-tête » en Russie, soulignant « l’importance d’avoir un contact personnel pour confronter le président aux réalités de la guerre et transmettre directement le point des Européens ». Dans un communiqué, il avait auparavant qualifié la discussion, longue de plus d’une heure, avec M. Poutine de « franche, ouverte et difficile ».

20:26 Urgent

La France annonce l’expulsion de six espions russes opérant « sous couverture diplomatique »

Six agents des services de renseignement russes opérant sous couverture diplomatique ont été identifiés en France et vont être expulsés. « La direction générale de la sécurité intérieure [DGSI] a mis au jour, le dimanche 10 avril, une opération clandestine conduite par les services de renseignement russes sur notre territoire », annonce un communiqué du ministère des affaires étrangères français. « En l’absence de l’ambassadeur de Russie, le numéro deux a été convoqué au Quai d’Orsay ce soir pour se voir communiquer cette décision », a précisé de son côté le ministère.

Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, s’est félicité, sur son compte Twitter, de cette « remarquable opération de contre-espionnage ». « Les agents impliqués devront quitter le territoire national », a-t-il précisé.

De nombreux pays européens, comme la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Slovénie, l’Autriche, la Pologne ou la Grèce, ont massivement expulsé des diplomates russes depuis le début de l’invasion de l’Ukraine. Les Etats-Unis ont renvoyé chez eux, au début de mars, douze membres de la mission diplomatique russe auprès de l’Organisation des Nations unies (ONU).

Dans certains cas, ces expulsions sont officiellement censées répondre à l’invasion de l’Ukraine et aux exactions reprochées par les Occidentaux à l’armée russe. Dans plusieurs autres cas, elles sont accompagnées d’accusations d’espionnage.

20:12 L’image à la « une »

Voici la photo que vous voyez en « une » de ce live :
Une femme passe devant un véhicule blindé près du théâtre détruit de Marioupol, le 10 avril 2022. ALEXANDER ERMOCHENKO / REUTERS


20:00 L’essentiel

Le point sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie

Les forces ukrainiennes se préparent à la chute de Marioupol, port stratégique du Sud-Est assiégé depuis plus de quarante jours par l’armée russe et largement détruit. « Je suis le premier à trouver la force de dire » que les forces ukrainiennes ne peuvent pas libérer la ville, « c’est désormais impossible militairement », a déclaré dimanche soir Oleksiy Arestovych, un conseiller du président ukrainien, Volodymyr Zelensky.
Le maire de la ville a annoncé lundi soir que plus de 10 000 civils étaient morts à Marioupol depuis le début du siège des forces russes.
Denis Pouchiline, le chef des séparatistes prorusses de Donetsk, a affirmé lundi que ses forces allaient renforcer leurs efforts pour conquérir entièrement la région ukrainienne de Donetsk (Est). « Concernant le port de Marioupol, il est déjà sous notre contrôle », a-t-il ajouté.
De son côté, l’armée ukrainienne a dit lundi s’attendre à une offensive russe « très prochainement » dans l’Est, devenu la cible prioritaire du Kremlin, après le retrait des troupes russes du Nord et des alentours de Kiev.
Les ministres des affaires étrangères de l’UE ont commencé lundi à discuter d’un sixième paquet de sanctions contre la Russie, mais le consensus devient de plus en plus difficile à trouver. La plupart des ministres ont plaidé pour « une approche maximaliste » face à Moscou avec l’arrêt des achats de pétrole et de gaz russes dont les Européens sont très dépendants.
Des gendarmes français sont arrivés à Lviv, dans l’Ouest, pour assister leurs homologues ukrainiens « dans les investigations des crimes de guerre commis autour de Kiev », a annoncé lundi l’ambassadeur français en Ukraine.
La France a annoncé lundi soir l’expulsion de six espions russes qui opéraient sous couvert de leur ambassade à Paris et « dont les activités se sont révélées contraires à [ses] intérêts nationaux ».