Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Inde : Un couple lesbien séparé par la famille et réuni grâce à la (...)

Inde : Un couple lesbien séparé par la famille et réuni grâce à la justice

lundi 4 juillet 2022, par siawi3

Source : https://preview.mailerlite.com/v3r8w1k6d6/1981024572631160965/v0s4/

Inde
Un couple lesbien séparé par la famille et réuni grâce à la justice

par Jeanne Magazine

Si l’Inde a dépénalisé l’homosexualité il y a 4 ans, l’acceptation d’un enfant gay ou lesbien dans les familles y est encore très compliquée. C’est une histoire qu’Adhila, 22 ans, et Noora, 23 ans, ont partagée récemment et qui a fait la Une des sites indiens.

Il y a quatre ans, à Chennai, dans le sud du pays, les deux femmes se rencontrent sur les bancs de l’université et tombent amoureuses. Après avoir obtenu leur diplôme et dans la foulée, un emploi, elles décident de vivre ensemble.

Conscientes, l’une et l’autre, que leurs familles risquent de ne pas accepter la situation, elles cherchent alors un soutien auprès de la communauté LGBT locale et se rapprochent du collectif Vanaja, à Calicut pour les aider dans cette démarche risquée : quitter le nid familial.

L’impensable - pour nous ici en France - se produit quand Noora est enlevée de force par sa famille. Les deux femmes sont violentées par leur famille respective. Tortures émotionnelles mais aussi physiques qui n’ont cessé que grâce à la ferme volonté d’Adhila de sortir de cette situation.

En effet, dès qu’elle l’a pu, la jeune femme a déposé une requête en habeas corpus auprès de la Haute Cour du Kerala - un état localisé dans le sud de l’Inde.

Requête qui a été acceptée et qui a permis au couple de se retrouver et de sécuriser leur relation aux yeux de la loi.

Cette histoire, bien qu’elle finisse bien, a révélé l’ampleur des problèmes auxquels sont confrontés les Indiens LGBT. Car bien que le couple ait reçu le soutien de la police de Binanipuram au Kerala, celle de Thamarassery a refusé la demande d’Adhila de déposer plainte pour la disparition de Noora, qu’elle a qualifié “d’affaire de famille”.

La communauté LGBT locale espère que l’Inde va enfin prendre les mesures nécessaires pour que cette LGBTphobie visible à tous les niveaux de la société prenne fin. Selon elle, l’une des premières choses à faire serait de mettre en place des programmes pour sensibiliser les familles à ces questions. Les groupes de soutien aux parents de personnes LGBTQIA +, tels que Sweekar - The Rainbow Parents, sont un exemple positif qui vont dans ce sens. Car comme Adhila l’a déclaré, « ce n’est pas nous mais nos familles qui ont besoin de conseils ».

C’est grâce au courage et à la détermination d’Adhila et de Noora à vivre pleinement leur amour et à se battre pour leurs droits que cette victoire - et cette visibilité médiatique - a été possible. Dans une société où la voix des femmes est souvent étouffée, Adhila et Noora ont décidé de prendre la parole, pas seulement pour elles, mais aussi pour les femmes en général.