Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Resources > Que disent de la laïcité de grands penseurs américains ?

Que disent de la laïcité de grands penseurs américains ?

mercredi 13 juillet 2022, par siawi3

Source : https://www.facebook.com/1199662163/posts/pfbid02YBc3n6EsvcWbkCybRbEC9btcUwaRWMx78qfJpshHQqrDtWJNgWpif18d6iZdh8otl/?sfnsn=scwspmo

11.07.22

envoyé via Didier Vanhoutte par Christine Schenk, reçu via Facebook.
Christine Schenk est une personne qui compte parmi les chrétiens progressistes américains. Elle a mené une vie très engagée en tant que religieuse. Très écoutée dans ses analyses de haute tenue, elle fait aujourd’hui partie de la rédaction de NCR (National Catholic Reporter).

en anglaisici : cdcf61f2-8407-43bf-9019-6770e075085b.jpg

Traduction française proposée


Thomas Jefferson
(Principal rédacteur de la Déclaration d’indépendance en 1776, président des USA de 1801 à 1809) : « Le christianisme ne fait pas et n’a jamais fait partie de la loi commune. Le christianisme est le système le plus pervers qui ait jamais fasciné l’homme. Les religions sont toutes fondées de façon similaire sur des fables et des mythologies. »

John Adams (président des USA de 1797 à 1801) : « Le gouvernement des Etats Unis d’Amérique n’est pas, d’une quelconque manière, établi sur la religion chrétienne. Les Etats-Unis ne sont pas davantage une nation chrétienne qu’une nation juive ou musulmane. »

Thomas Paine (Grand intellectuel américain, il fut même élu à l’Assemblée nationale française en 1792) : « Chaque fois que nous lisons les histoires obscènes, les débauches voluptueuses, les tortures et les exécutions cruelles, la malveillance sans fin dont est remplie la Bible, ce serait plus approprié de l’appeler la parole du démon plutôt que la parole de Dieu. »

James Madison (président des USA de 1809 à 1817) : « La religion et le gouvernement existeront tous les deux avec une authenticité d’autant plus grande qu’ils seront moins mêlés. Le but de la séparation de l’Eglise et de l’Etat est de protéger pour jamais notre territoire des conflits sans fin qui ont imbibé de sang le sol de l’Europe pendant des siècles. »


ar