Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : TV - « Paris Police 1905 », la série que Vincent Bolloré a modifiée car (...)

France : TV - « Paris Police 1905 », la série que Vincent Bolloré a modifiée car elle parlait de laïcité

mardi 13 décembre 2022, par siawi3

Source : https://www.marianne.net/culture/cultures-pop/paris-police-1905-la-serie-que-vincent-bollore-a-modifiee-car-elle-parlait-de-laicite?utm_source=nl_quotidienne&utm_medium=email&utm_campaign=20221213&xtor=EPR-1&_ope=eyJndWlkIjoiZWU1YTU1MWQyNmQzMmYxMmE0MzMyZDY4NmJjYmFiMmUifQ%3D%3D

Photo : Le propriétaire de Vivendi et Canal + a exigé, et obtenu, que la loi de séparation des Églises et de l’État, promulguée le 9 décembre 1905, ne soit pas évoquée à l’écran. Crédit photo : Rémy Grandroques

« Paris Police 1905 », la série que Vincent Bolloré a modifiée car elle parlait de laïcité

Voyeur en série

Par Benoît Franquebalme

Publié le 13/12/2022 à 18:30

L’excellente suite de « Paris Police 1900 » devait évoquer la séparation de l’Église et de l’État. Le très pieux propriétaire de Canal + a fait changer le scénario.

« Par la prière, la vérité vous sera révélée. » Assise dans une église dans le premier épisode, le personnage de Louise Lépine cite l’Évangile selon saint Jean, chapitre VIII. L’équipe de Paris Police 1905 a-t-elle prié très fort pour que la vérité soit révélée ? Toujours est-il que cette dernière a fini par s’afficher dans une autre « bible », journalistique celle-là. Le 26 janvier 2022, Le Canard Enchaîné révélait que Vincent Bolloré avait, avant le début du tournage, fait pression sur les scénaristes.

Le propriétaire de Vivendi et Canal + a exigé, et obtenu, que la loi de séparation des Églises et de l’État, promulguée le 9 décembre 1905, ne soit pas évoquée à l’écran. « Il a fallu réécrire le scénario, l’équipe est sous une pression monstre », assurait alors un membre de la production au Canard. L’information nous a été confirmée par un des responsables de la série qui affirme ne pas souhaiter rempiler pour une troisième saison. On se demande pourquoi…

Alors que les maisons d’édition du groupe Hachette Livre – en passe d’être racheté par Vivendi – paniquent à l’idée de subir bientôt l’Évangile selon saint Vincent, les créateurs travaillant avec Canal + le connaissent déjà par cœur. Très présent aux comités de sélection des projets, le Breton était déjà intervenu pour annuler l’achat de Grâce à Dieu (2018), film de François Ozon inspiré de l’affaire Preynat, ce prêtre condamné pour avoir agressé sexuellement des enfants. Il aurait aussi fait cesser le financement de Lourdes, une série des frères Arnaud et Jean-Marie Larrieu car il craignait que le titre ne nuise à la ville.

À LIRE AUSSI  : « Paris Police 1900 », un portrait de notre époque

En revanche, cet admirateur de saint Antoine de Padoue n’a rien trouvé à redire au prénom de l’inspecteur Jouin (Jérémie Laheurte), héros de Paris Police 1905  : Antoine. Dans Paris Police 1900, nous avions quitté celui-ci aux prises avec les conséquences de l’affaire Dreyfus, les émeutes de la rue Chabrol et des tentatives de coup d’État. Cinq ans après, il est marié et papa d’une petite fille. Toujours raide comme la justice, ce « Serpico » de la Belle Époque est un vertueux en butte à la bêtise et la corruption de ses collègues de la brigade criminelle. Enquêtant sur un mort non identifié – retrouvé au bois de Boulogne le 24 décembre 1904 – Jouin comprend que la bonne société parisienne vient assouvir ses pulsions sous les chênes centenaires. Et que la police des mœurs est la branche la plus pourrie des frondaisons administratives de la capitale.

Teintes baroques et gothiques

Encore plus sombre que sa saison 1, ce conte de Noël se pare de teintes baroques et gothiques. Son utilisation des contre-jours et sa maîtrise de l’obscurité font penser aux meilleures planches de Tardi et laissent augurer d’un succès identique à celui de la fournée précédente, diffusée sur la BBC Four et vendue dans près de soixante pays. Cette ambition formelle ne surprend pas. Fabien Nury et Xavier Dorison, coauteurs du scénario, sont d’abord et avant tout des auteurs de bande dessinée (Comment faire fortune en juin 40, Casterman, 2015). Leur goût pour l’histoire se retrouve dans la chronique de la chasse aux prostituées lancée par le préfet Lépine (Marc Barbé) ou le personnage de Marguerite Steinheil (Evelyne Brochu), la fameuse « Pompe Funèbre » fatale au président Félix Faure. Vincent Bolloré doit lui préférer la très pieuse figure de Louise Lépine (Mathilde Weil), fille du préfet honni des anarchistes.

À LIRE AUSSI  : « Paris Police 1900 », « Lupin », « En thérapie » : ces séries françaises qui réconcilient

On se demande quand même comment la production a pu laisser passer cette impertinence lâchée par un prêtre dans le premier épisode : « C’est vrai pour la police, comme pour l’Église : l’institution n’a ni foi ni intelligence. » Si vous n’êtes pas rassasié de bondieuseries, nous vous conseillons également la saison 3 de His Dark Materials sur OCS. Elle décrit avec talent un monde fantastique dirigé par un pouvoir religieux et totalitaire. Pour ce que l’on en sait, Vincent Bolloré n’a pas collaboré au scénario.

« Paris Police 1905 ». Le lundi à 21h sur Canal +. Disponible sur myCANAL.

Par Benoît Franquebalme