Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Turquie : des milliers de personnes manifestent contre la condamnation du (...)

Turquie : des milliers de personnes manifestent contre la condamnation du maire d’Istanbul

VIDEO

lundi 19 décembre 2022, par siawi3

Source : https://www.youtube.com/watch?v=JjnN33aJzSE

Turquie : des milliers de personnes manifestent contre la condamnation du maire d’Istanbul

FRANCE 24

15 déc. 2022

VIDEO ici

Des milliers de Turcs sont descendus dans le rue, jeudi, pour dénoncer la condamnation du maire d’Istanbul Ekrem Imamoglu à deux ans et sept mois de prison. Cette décision de justice est perçue comme un moyen d’écarter le principal rival de Recep Tayyip Erdogan à quelques mois de l’élection présidentielle.

°°°

Source : https://www.lemonde.fr/international/article/2022/12/14/la-justice-turque-tente-d-ecarter-le-maire-d-istanbul-avant-les-elections_6154431_3210.html

En Turquie, la justice tente d’écarter le maire d’Istanbul avant les élections

Ekrem Imamoglu s’était retrouvé dans le viseur du régime après avoir infligé en 2019 sa plus humiliante défaite au parti du président Erdogan en remportant la mairie d’Istanbul.

Le Monde avec AFP

Publié le 14 décembre 2022 à 17h57, mis à jour le 14 décembre 2022 à 19h22

Image : Des Stambouliotes regardent un débat télévisé entre Binali Yildirim (à droite), du Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir en Turquie, et Ekrem Imamoglu (à gauche), du Parti républicain du peuple (CHP), tous deux candidats à la mairie d’Istanbul, le 16 juin 2019. OZAN KOSE / AFP

La répression contre les opposants au président Recep Tayyip Erdogan se poursuit. Mercredi 14 décembre, le maire d’Istanbul, Ekrem Imamoglu, étoile montante de la scène politique turque, a été condamné à plus de deux ans de prison pour « insulte envers des responsables », et à une interdiction d’exercer un mandat politique de la même durée, à six mois d’élections cruciales en Turquie.

L’édile, membre du Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), le principal parti d’opposition au pouvoir de M. Erdogan, était accusé d’avoir qualifié « d’idiots » les membres du collège électoral qui avait invalidé son élection en mars 2019, ainsi que le ministre de l’intérieur Süleyman Soylu.

M. Imamoglu a aussitôt décidé de faire appel de cette condamnation à deux ans, sept mois et quinze jours de détention, a annoncé son avocat, Me Kemal Polat. L’appel sera suspensif, a-t-il précisé, ce qui signifie que M. Imamoglu conservera son mandat de maire pendant l’examen de l’appel.

« Une poignée de personnes ne peuvent confisquer le pouvoir confié par le peuple. Notre lutte reprend avec encore davantage de force », a réagi M. Imamoglu après l’énoncé du verdict. Le verdict, prononcé par un tribunal d’Istanbul, assortit la condamnation à la prison de M. Imamoglu d’une « privation de certains droits », dont celui d’éligibilité, pour la même durée que sa peine de prison, ont fait savoir les avocats. Si la peine est confirmée en appel, « l’interdiction d’activité politique sera de la même durée que la peine prononcée », a confirmé l’avocat.

« Ce procès résume la situation de la Turquie », a lancé dans la soirée M. Imamoglu, juché sur le toit d’un bus, face à plusieurs milliers de personnes rassemblées devant la mairie scandant « vive la liberté, mort à la tyrannie ! », « gouvernement, démission ! » ou « droit, loi, justice ! ». « Ça a commencé le jour où ils ont essayé de nous priver de notre victoire aux élections [municipales] d’Istanbul. Mais ils ne réussiront pas », a-t-il martelé.

Lire aussi  : l’enquête : Article réservé à nos abonnés Comment la Turquie est passée en vingt ans du projet de société de l’AKP au pouvoir solitaire d’Erdogan
Potentiel candidat à la présidentielle

Photo : Le maire d’Istanbul, Ekrem Imamoglu, étoile montante de la scène politique turque, a été condamné à plus de deux ans de prison pour « insulte envers des responsables ». BURHAN OZBILICI / AP

Le maire, âgé de 52 ans, s’était retrouvé dans le viseur du régime après avoir infligé en mars 2019 sa plus humiliante défaite au parti de M. Erdogan, en remportant la mairie d’Istanbul, qui était dirigé depuis vingt-cinq ans par le Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir. Son élection a d’abord été annulée par le gouvernement, contraint de s’incliner trois mois plus tard face à la mobilisation de l’électorat qui a offert une plus large victoire à l’opposant. Quelque temps plus tard, Ekrem Imamoglu avait qualifié d’« idiots » ceux qui avaient invalidé sa première élection, ce qui lui vaut d’être poursuivi en justice. « Je ne faisais que répondre, en lui renvoyant ses propres termes, au ministre de l’intérieur, qui m’avait traité d’idiot », a affirmé l’édile.

Lire aussi  : Article réservé à nos abonnés Ekrem Imamoglu, l’homme qui pourrait mettre fin au règne de Recep Tayyip Erdogan

Le maire d’Istanbul ne s’interdit pas de rêver à de plus hautes fonctions. « Je ne m’adresse pas qu’à Istanbul, mais aussi à Ankara, Izmir, Diyarbakir, Trabzon », prévenait-il, mercredi soir, énumérant d’autres villes passées aux mains de l’opposition, dont les élus ont parfois été écartés par le pouvoir : « A ceux qui essaient de nous intimider : je suis encore jeune et je suis toujours enthousiaste ! », a-t-il clamé, reprenant le slogan en vigueur au moment de son élection.

Et il pourrait bien remporter la mise. A six mois de la présidentielle, l’alliance de l’opposition, composée de six partis dont le CHP, n’est toujours pas parvenue à désigner un candidat commun pour la présidentielle qui doit se tenir en juin 2023. Le maire d’Istanbul compte d’ailleurs parmi une poignée de leaders d’opposition que les sondages donnent gagnants face à Recep Tayyip Erdogan, confronté à une grave crise économique et à une inflation officielle autour de 85 %.

Le leader du CHP, Kemal Kilicdaroglu, préférerait, quant à lui, se présenter lui-même. M. Kilicdaroglu, en déplacement à Berlin, a avancé son retour en Turquie mercredi. Avant de monter dans l’avion, il a dénoncé, dans un message vidéo posté sur Twitter, « un massacre de la loi » et « une justice pourrie ».