Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > France : Béziers : La justice ordonne le retrait de la crèche de l’hôtel de (...)

France : Béziers : La justice ordonne le retrait de la crèche de l’hôtel de ville

mercredi 21 décembre 2022, par siawi3

Source : https://www.20minutes.fr/justice/4014956-20221215-beziers-justice-ordonne-retirer-creche-hotel-ville

Béziers : La justice ordonne le retrait de la crèche de l’hôtel de ville

Crèche Le tribunal administratif, saisi par la Ligue des droits de l’homme, a jugé la crèche de la nativité illicite dans l’enceinte de la mairie en vertu de la loi sur la séparation de l’Etat et de l’Eglise de 1905

Jérôme Diesnis

Publié le 15/12/22 à 12h17 — Mis à jour le 16/12/22 à 09h21

La justice a ordonné à la mairie de Béziers de retirer la crèche de Noël située dans la cour d’honneur de l’hôtel de ville, sous astreinte de 100 euros par jour.

Saisi par la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) en référé, le tribunal administratif de Montpellier a estimé que la crèche mettait « en évidence la scène de la nativité ». Pour la justice, « cette installation dans l’enceinte d’un bâtiment public méconnaît les dispositions de l’article 28 de la loi du 9 décembre 1905 et les exigences attachées au principe de neutralité des personnes publiques ».

« Une mesure d’une grande brutalité » pour Robert Ménard

« On obéit, mais je regrette cette mesure qui est d’une grande brutalité face à quelque chose qui, pourtant, rassemble », a réagi le maire de Béziers Robert Ménard (DVD). Il compte déplacer la crèche sur le parvis de l’hôtel de ville et a lancé un appel aux Biterrois pour « venir le soutenir » ce jeudi, à midi, devant la mairie.

La LDH avait sollicité sans succès le préfet de l’Hérault « pour faire respecter la loi ». Dans une lettre datée du 5 décembre, le préfet avait prévenu « qu’il ne sera pas demandé, par l’État, au maire de Béziers de renoncer à cette installation », estimant que cette crèche était « une animation parmi d’autres ».
La LDH s’interroge « sur la décision du préfet de l’Hérault de ne pas faire respecter la loi »

« Nous nous réjouissons de voir que le juge fait respecter le droit et la décision du Conseil d’Etat, mais nous sommes très interrogatifs sur la décision du préfet de l’Hérault de ne pas faire respecter la loi », a réagi Sophie Mazas, présidente de la LDH de l’Hérault.

La crèche de Perpignan fait également l’objet d’une saisie auprès du tribunal administratif de Montpellier par la LDH, dont l’audience est prévue le 20 décembre. Le 16 novembre, le Conseil d’État avait confirmé l’interdiction de la crèche de Noël de la mairie de Beaucaire, dirigée par le maire RN Julien Sanchez.

Lire aussi :
Perpignan et Béziers : Les crèches de la nativité de retour dans les hôtels de ville
Beaucaire a inauguré sa crèche de Noël… sans les personnages de la nativité