Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Après Béziers, la justice ordonne le retrait de la crèche de la (...)

France : Après Béziers, la justice ordonne le retrait de la crèche de la mairie de Perpignan

mercredi 21 décembre 2022, par siawi3

Source : https://www.lefigaro.fr/flash-actu/apres-beziers-la-justice-ordonne-le-retrait-de-la-creche-de-la-mairie-de-perpignan-20221221

Après Béziers, la justice ordonne le retrait de la crèche de la mairie de Perpignan

Par Le Figaro avec AFP

Publié il y a 2 heures, Mis à jour il y a 16 minutes

Photo : Les crèches de Beaucaire et de Béziers sont régulièrement poursuivies en justice mais continuent à être installées chaque année par les maires concernés. o1559kip / stock.adobe.com

Une semaine après celle de Béziers, dans l’Hérault, la justice a ordonné mercredi 21 décembre le retrait « dans les 24 heures » de la crèche de Noël installée dans l’Hôtel de ville de Perpignan (Pyrénées-Orientales) par le maire Rassemblement National (RN) Louis Aliot.

Saisi comme la semaine précédente par la Ligue des droits de l’homme (LDH) en référé - une procédure d’urgence -, le tribunal administratif de Montpellier a ordonné à la commune de Perpignan de « retirer la crèche de la nativité, ou pessebre (en langue catalane, NDLR) », sous peine d’une astreinte de « cent euros par jour de retard », selon une décision rendue moins de 24 heures après avoir entendu les parties.

Contraire à la loi de 1905

« C’est une crèche avec Joseph, Marie, les rois mages qui montrent que nous sommes bien dans une crèche catholique, contraire à la loi de 1905 » de séparation des Églises et de l’État, avait plaidé mardi Sophie Mazas, avocate et présidente de la LDH de l’Hérault.

« Nous sommes véritablement dans la tradition », avait rétorqué l’avocate de la ville, Delphine Joubes, en soulignant aussi que la crèche avait été érigée dans un « patio » de l’Hôtel de ville « dédié à la catalanité » et par lequel « les personnes qui souhaitent venir à la mairie pour des démarches administratives ne passent pas ».

À lire aussi : « Noël à l’épreuve du Covid-19 et des polémiques : la tradition résiste »

Les conclusions de la mairie « sont rejetées », a brièvement indiqué le tribunal administratif, dont la motivation précise sera connue ultérieurement. Louis Aliot, figure du Rassemblement National, et Robert Ménard, le maire de Béziers proche du RN, « pensent pouvoir violer la loi et la Constitution impunément », a réagi auprès de l’AFP Me Mazas, en jugeant « problématique » que les préfets de l’Hérault et des Pyrénées-Orientales n’aient « pas réagi » pour « faire appliquer la loi ».

La responsable de la LDH dénonce aussi « l’instrumentalisation de la religion par l’extrême droite à des fins politiques ». « La force de la laïcité, c’est la liberté de chacun de vivre sa croyance personnellement et dans les lieux de culte prévus à cet effet : la crèche à l’église, l’état-civil et la gestion de la cité à la mairie », a-t-elle ajouté.

Régulièrement poursuivies en justice

Les crèches de Beaucaire (Gard) et de Béziers sont régulièrement poursuivies en justice mais continuent à être installées chaque année par les maires concernés. Le 16 novembre, le Conseil d’État avait confirmé l’interdiction de la crèche de Noël de la mairie de Beaucaire, dirigée par le maire RN Julien Sanchez.

À VOIR AUSSI - Jean-Marie Guénois : « Est-ce que le destin du christianisme n’est pas d’être une minorité active ?