Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Iran : un travailleur humanitaire belge condamné à 40 ans de prison et 74 (...)

Iran : un travailleur humanitaire belge condamné à 40 ans de prison et 74 coups de fouet

jeudi 12 janvier 2023, par siawi3

Source :https://www.sudouest.fr/international/iran-un-travailleur-humanitaire-belge-condamne-a-40-ans-de-prison-et-74-coups-de-fouet-13626677.php

Iran : un travailleur humanitaire belge condamné à 40 ans de prison et 74 coups de fouet

Les autorités iraniennes ont multiplié ces derniers mois les arrestations de ressortissants étrangers ou binationaux, en accusant les pays occidentaux d’encourager le soulèvement du peuple iranien depuis la mort en détention en septembre de Mahsa Amini. © Crédit photo : AFP

Par Sudouest.fr

Publié le 10/01/2023 à 20h18

Pour des motifs d’espionnage et de coopération avec les États-Unis, la République islamique d’Iran a annoncé ce mardi 10 janvier avoir infligé une peine de prison de 40 ans à un travailleur humanitaire belge détenu dans le pays, qui recevra aussi 74 coups de fouet

Un travailleur humanitaire belge, arrêté il y a près d’un an en Iran, devra purger une peine de prison de 12 ans et demi sur une condamnation totale de 40 ans et recevra aussi 74 coups de fouet, a annoncé mardi 10 janvier l’organe du pouvoir judiciaire.

Olivier Vandecasteele, 41 ans, est détenu à Téhéran depuis le 24 février, date de son arrestation dans la capitale iranienne. Ce travailleur humanitaire a été condamné à un total de 40 ans de prison, mais en raison de la confusion des peines, il ne devrait purger que la plus élevée, de 12,5 ans.

Un bras de fer oppose Bruxelles et Téhéran depuis l’arrestation d’un diplomate iranien, Assadollah Assadi, condamné en Belgique en 2021 à 20 ans de prison pour un projet d’attentat « terroriste » contre l’opposition iranienne

Cette dernière a été prononcée pour « espionnage contre la République islamique d’Iran au profit d’un service de renseignement étranger ». La justice l’a également condamné à 12,5 ans de prison pour « coopération avec un gouvernement hostile, les États-Unis, contre la République islamique d’Iran », a ajouté la même source.

Il a été en outre condamné à 2,5 ans d’emprisonnement et 74 coups de fouet pour « contrebande professionnelle de devises d’un montant de 500 000 dollars », et à 12,5 ans « pour blanchiment d’argent », selon « Mizan Online ». Ce verdict « est préliminaire et peut être contesté devant la cour d’appel dans un délai de vingt jours », a précisé l’agence.

Bras de fer entre l’Iran et la Belgique

À la mi-décembre, la famille d’Olivier Vandecasteele avait annoncé qu’il avait été condamné à 28 ans de prison, en indiquant ne pas connaître les charges retenues contre lui. Quelques jours plus tard, la Belgique avait appelé ses ressortissants « de passage en Iran » à quitter le pays « dans les plus brefs délais » à cause de « risques accrus de détention arbitraire » après cette condamnation.

Un bras de fer oppose Bruxelles et Téhéran depuis l’arrestation d’un diplomate iranien, Assadollah Assadi, condamné en Belgique en 2021 à 20 ans de prison pour un projet d’attentat « terroriste » contre l’opposition iranienne.

En juillet, le Parlement belge avait adopté un traité de transfèrement de condamnés entre la Belgique et l’Iran, qui devait permettre le retour d’Olivier Vandecasteele. Mais ce traité a été suspendu début décembre par la Cour constitutionnelle à la suite de nombreux recours d’opposants iraniens en exil, craignant la remise à Téhéran et une possible grâce d’Assadollah Assadi.

« Diplomatie des otages »

Les autorités iraniennes ont multiplié ces derniers mois les arrestations de ressortissants étrangers ou binationaux, en accusant les pays occidentaux d’encourager le soulèvement du peuple iranien depuis la mort en détention en septembre de Mahsa Amini, une jeune kurde iranienne qui avait été arrêtée pour port du voile non conforme.

En novembre, la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, avait indiqué que sept Français étaient détenus en Iran et avait condamné une « diplomatie des otages ».