Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Resources > La Société Civile Internationale Présente Les Principes De Montréal

Communiqué de CIVICUS

La Société Civile Internationale Présente Les Principes De Montréal

mercredi 19 septembre 2012, par siawi3

Source : CIVICUS

14/09/2012

Les leaders mondiaux de l’action citoyenne, réunis àMontréal, ont jeté les bases d’un nouveau contrat social visant ultimement àremplacer les approches politiques conventionnelles devenues impuissantes àrelever les défis et àrésoudre les crises d’aujourd’hui. Ces Principes de Montréal serviront de base d’un nouveau contrat social qui sera présenté en 2015.

MONTRÉAL, le 11 septembre 2012

Des centaines de délégués de la société civile internationale, provenant de partout sur la planète, étaient en effet réunis àMontréal àl’occasion de la 11eAssemblée Mondiale de CIVICUS : Alliance Mondiale pour la Participation Citoyenne, organisée en partenariat avec l’Institut du Nouveau Monde (INM). L’événement, qui s’est déroulé au Palais des congrès du 3 au 7 septembre, avait pour thème Définir un nouveau contrat social – Construire l’avenir ensemble.

« L’Assemblée Mondiale de CIVICUS s’est tenue àMontréal dans une période critique pour la société civile, a rappelé le directeur général de l’INM, Michel Venne, co-hôte de l’AMC depuis 2010. C’est au cours des dernières années que le gouvernement fédéral a réduit les budgets accordés aux organisations dans les domaines de la coopération internationale, du plaidoyer et de l’environnement.  »

L’édition 2012 a eu lieu au moment même où la population québécoise choisissait une femme comme première ministre, au terme d’une année mouvementée, marquée par une crise sociale sans précédent dans laquelle la société civile a joué un rôle majeur. « Il faut se rappeler que la démocratie a changé. Désormais, la participation citoyenne vient compléter la démocratie représentative. Les citoyens veulent et doivent être consultés entre les élections  », ajoute M. Venne.

« Il y a présentement une réelle urgence àrénover les modes de gouvernance un peu partout sur la planète, souligne Henri Valot, directeur des Partenariats et Relations extérieures chez CIVICUS. Les événements récents, comme le mouvement Occupy, le printemps arabe ou érable, illustrent de façon éloquente l’ampleur de la dissidence politique exprimée par de plus en plus de personnes souhaitant être entendues et soutenues dans leurs efforts pour que le monde soit plus juste. Cette 11e édition de l’Assemblée Mondiale représente un moment important pour la mise en Å“uvre des changements nécessaires àl’atteinte de cet objectif.  »

L’événement a donné lieu àdes rencontres exceptionnelles. Dès le lendemain de l’élection québécoise, le matin du 5 septembre, Léo Bureau-Blouin, nouveau député vedette du Parti québécois,partageait le micro avec la célèbre militante écologiste Marina Silva, ex-ministre de l’Environnement du Brésil, qui a eu l’honneur d’être choisie pour porter le drapeau olympique lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Londres, ainsi qu’avec Kamal Lahbib, président du Forum des Alternatives Maroc, emprisonné cinq ans pour appartenance àune organisation secrète marxiste radicale pendant les « années de plomb  » au Maroc.

Ce sommet international a été l’occasion pour les protestataires du mouvement Occupy, du Printemps arabe et du Printemps érable, en particulier les jeunes activistes, de venir rencontrer des personnalités qui ont un pouvoir d’orienter les politiques internationales. Mentionnons Caroline Anstey de la Banque mondiale, Kumi Naidoo de Greenpeace International, Ana-Maria Garzón de Sustainable Agriculture Network-Rainforest Alliance et Olav Kjørven du Programme des Nations Unies pour le Développement. De multiples organisations prestigieuses y étaient représentées, telles qu’Amnistie internationale, la FondationRockefeller et ActionAid, ainsi que plusieurs organismes canadiens dont la Confédération des syndicats nationaux, la Coalition pour la souveraineté alimentaire et Équiterre.

Les Principes de Montréal pour le rôle de la société civile dans la définition d’un nouveau contrat social

Pour définir un nouveau contrat social qui soit inclusif, démocratique et juste, nous, en tant que société civile, devons :

Former des alliances transversales et des partenariats originaux et avantageux.
Créer des liens entre les organisations de la société civile organisée et les mouvements de citoyens spontanés.
Démocratiser les technologies de la communication ; prioriser la création de liens entre l’activisme en ligne, l’action sur le terrain et les communautés marginalisées.
Encourager la participation locale et le volontariat comme première étape d’un engagement civique réel.
Ancrer les programmes dans les réalités locales et cultiver des liens au sein des communautés pour renforcer les fondements de la société civile.
Porter une attention constante àl’inclusion sociale et politique du plus grand nombre, en particulier des femmes, des jeunes et des minorités, en assurant des espaces sécuritaires, des processus accessibles, des occasions d’avancement et de promotion.
Promouvoir la valeur et l’importance de la solidarité internationale pour encourager l’action locale et protéger les espaces de la société civile.
Faire des droits de la personne un cadre de référence universel, en particulier les droits qui assurent la dignité, la liberté, la justice et l’égalité.
Fonder l’action dans la connaissance, développer des communautés de pensées et de pratiques.
Intégrer les enjeux de développement durable : redéfinir le sens de la prospérité, prioriser la biodiversité et la protection de la nature.
Formuler des revendications plutôt que des besoins, se montrer imputable vis-à-vis des citoyens plutôt que vis-à-vis des donateurs.
Limiter notre dépendance envers les gouvernements et cultiver la transparence par rapport aux sources de financement : chercher des modèles alternatifs, tel que le financement social et populaire.
Être innovateurs et stratégiques : fonder nos approches sur nos compétences, identifier les leviers et les points d’ancrage.
Mieux comprendre et exploiter les rôles, positifs et négatifs, du secteur privé.
Développer nos capacités ànégocier et àanalyser les dynamiques du pouvoir.

Signalons que l’Assemblée Mondiale de CIVICUS 2012 marque la fin d’un cycle de trois ans durant lequel cet événement international prestigieux aura été tenu àMontréal.

« Pour l’INM, le partenariat avec CIVICUS pour la tenue de ces trois assemblées mondiales fut un succès, souligne Michel Venne. Montréal a reçu, sur les trois années, plus de 2500 délégués, et l’impact économique des trois événements dépasse les trois millions de dollars. Mais surtout, les organisations montréalaises, québécoises et canadiennes ont pu bénéficier des échanges qu’elles ont eus avec des organisations similaires des quatre coins du monde, tout en mettant en évidence l’expertise de la société civile développée chez nous. Enfin, l’INM est heureux d’avoir pu instaurer une collaboration plus intense entre CIVICUS et les organisations francophones de la société civile. La langue française a été présente plus que jamais au sein du mouvement.  »

CIVICUS : Alliance Mondiale pour la Participation Citoyenneest un mouvement international comptant des membres et des partenaires dans plus de 100 pays. CIVICUS vise àfavoriser l’émergence, la croissance et la protection de l’action citoyenne, plus particulièrement dans les régions où la démocratie participative et la liberté d’association des citoyens sont menacées.

L’Institut du Nouveau Monde est une organisation non partisane dont la mission est d’encourager la participation citoyenne et de renouveler les idées au Québec. L’action de l’INM a pour effet d’encourager la participation citoyenne et de contribuer au développement des compétences civiques, au renforcement du lien social de même qu’àla valorisation des institutions démocratiques.

Source : Institut du Nouveau Monde et CIVICUS

Relations médias : Roch Bilodeau

1 855 347-7622

rbilodeau pharecom.ca