Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Home > fundamentalism / shrinking secular space > Liban: Le retour des attentats politiques à Beyrouth

Liban: Le retour des attentats politiques à Beyrouth

Saturday 20 October 2012, by siawi3

Thomas Abgrall

20 octobre 2012 –
Source: http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/monde/liban-le-retour-des-attentats-politiques-a-beyrouth-20-10-2012-1878271.php

Un proche de l’opposition anti-syrienne, également directeur de la branche des renseignements de la police libanaise, a été tué dans un attentat à la voiture piégée, hier après-midi.

De notre correspondant à Beyrouth. Il est 15h, hier, quand une violente déflagration frappe de plein fouet une petite ruelle du quartier chrétien d’Achrafieh à Beyrouth, soufflant des dizaines de vitres alentours. Des scènes de panique que le Liban n’avait plus connues depuis janvier2008, lors de la dernière série d’attentats politiques au pays du Cèdre.

Au coeur de nombreux dossiers sensibles

Pendant plusieurs heures, il est question que l’explosion - qui a fait huit morts et près de 80 blessés - vise le bureau des Kataeb (Phalanges), l’un des partis chrétiens de l’opposition libanaise hostile au régime syrien. Puis la nouvelle tombe en fin d’après-midi: le général Wissam el Hassan, à la tête de la section des renseignements des Forces de sécurité intérieure (FSI) fait partie des victimes. Les FSI sont l’équivalent de la gendarmerie, un organisme qui compte de nombreux officiers sunnites, et est réputé proche de l’opposition anti-syrienne, en particulier du Parti du Futur de Saad Hariri. Le fils de Rafic Hariri - l’ancien Premier ministre assassiné - a aussitôt accusé le président syrien Bachar el Assad d’être à l’origine de l’attentat.

Le début d’un embrasement du Liban?

Wissam el Hassan se trouvait au coeur de plusieurs dossiers sensibles: chef de la sécurité personnelle de Rafic Hariri lorsqu’il a été assassiné en 2005, il avait joué un rôle clé dans la coopération avec le Tribunal international chargé de juger les assassins de l’ancien Premier ministre, aboutissant à la mise en accusation de quatre membres du Hezbollah. Le général des FSI a été récemment impliqué dans un autre dossier chaud: l’arrestation en août2012 de l’ancien député et ministre de l’Information Michel Samaha, proche de Bachar el Assad, suspecté de vouloir préparer une série d’attentats dans le Nord du Liban contre des personnalités politiques, en coordination avec Ali Mamlouk, directeur de la Sûreté nationale syrienne. Le régime baathiste s’est lui empressé de condamner l’explosion. «Ces attentats terroristes sont injustifiables, où qu’ils se produisent», a affirmé le ministre de l’Information syrien. Cet attentat pourrait constituer le début d’un embrasement du Liban, qui jusqu’ici avait globalement réussi à se tenir à l’écart du conflit syrien: dès l’annonce de la mort de Wissam Hassan, plusieurs quartiers sunnites de Beyrouth commençaient à s’enflammer.