Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Home > impact on women / resistance > Belgique: Marine Le Pen mange casher àBruxelles !

Belgique: Marine Le Pen mange casher àBruxelles !

Wednesday 5 December 2012, by siawi3

Source: Centre Communautaire Laïc Juif de Belgique

par Nicolas Zomersztajn

publié le 09/11/2012

Un membre anversois d’une organisation juive européenne également responsable du bureau bruxellois du site d’information Jewish News One (JN1) a dîné cette semaine avec Marine Le Pen dans un restaurant casher appartenant au Habad dans le quartier européen de Bruxelles. Que signifie donc cette rencontre improbable ?

Depuis qu’elle a conçu et mis en œuvre sa stratégie de dédiabolisation du Front national (FN), Marine Le Pen s’efforce de séduire les Juifs de France en leur expliquant qu’elle n’a absolument rien contre eux. Pourtant, le FN a toujours été le point de chute de tous les nostalgiques d’une France antisémite, antirépublicaine, anti-laïque, etc.

Bien qu’elle cherche àse démarquer de son père, multirécidiviste de bons mots antisémites, rien n’y fait pourtant : dans son entourage et au sein de son parti, les antisémites sont toujours présents. Les journalistes et les universitaires travaillant quotidiennement sur ce parti en arrivent systématiquement àla même conclusion.

Jusqu’àprésent, les Juifs de France et leurs dirigeants communautaires n’ont pas cédé àses appels du pied. Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), a même tenu àl’occasion du dernier dîner annuel de son institution des propos très clairs sur Marine Le Pen et ses tentatives de séduction àl’égard des Juifs de France : « Ses tentatives pour appâter l’électorat juif, en feignant de s’être éloignée de l’antisémitisme, ne m’ont jamais trompé. Sa récente apparition dans une soirée àVienne aux côtés de néonazis est venue rappeler ce qu’elle a toujours été. J’espère que cela a dessillé les plus naïfs. Et il faudrait faire l’impasse sur des choses essentielles pour envisager en tant que Juif de voter Le Pen ».

Ce rappel àl’ordre ne serait-il pas suffisamment clair pour certaines personnalités juives en Belgique ? Aleksander Zanzer, membre du controversé Parlement juif européen et responsable du bureau bruxellois du site internet d’information JN1 (ces deux entités ont été créées par deux oligarques juifs ukrainiens), a décidé de rencontrer Marine Le Pen àBruxelles pour préparer son interview qu’il diffusera prochainement sur JN1.

Si ce projet se réalise, on imagine évidemment que Marine Le Pen se présentera comme une femme politique respectable àla tête d’un parti sérieux que « l’establishment » de gauche comme de droite cherche àdiaboliser. Et en ces temps difficiles de résurgence de l’antisémitisme, elle expliquera que les Juifs peuvent compter sur elle et le FN. Elle pointera également les musulmans d’Europe comme responsables de la plupart des actes antisémites. Or, en matière de ce que l’extrême droite qualifie « d’islamisation » de l’Europe, elle se positionne comme le rempart le plus efficace : elle ne fait pas de cadeaux àl’envahisseur musulman et elle protégera par la même occasion les Juifs. Son numéro est bien rôdé.

Ce genre d’interviews, et ce n’est pas le premier, ne permet pas de démasquer le vrai visage de Marine Le Pen et du FN. Des tas de journalistes l’ont tenté, ils ont tous échoué. On ne parle pas avec l’extrême droite. En revanche, on parle de l’extrême droite. La nuance est essentielle. Et si d’aventure, on veut la rencontrer pour décrypter ensuite son discours, on ne le fait pas dans un lieu aussi symbolique qu’un restaurant casher appartenant àla communauté juive. Quel cynisme de la part de la dirigeante du FN, championne toutes catégories de la lutte contre l’abatage rituel et de son interdiction !

Et lorsqu’un media juif s’y colle, c’est d’autant plus problématique, car la présidente du FN exploite cette occasion pour faire sauter le cordon sanitaire dressé autour d’elle. En lui donnant la parole, même s’ils vont lui poser les questions les plus gênantes et les plus embarrassantes, ce média juif banalise le FN, et par la même occasion, toute cette extrême droite européenne diffusant ouvertement sa haine des musulmans sans pour autant abandonner l’antisémitisme mis en sourdine aujourd’hui.

Dans le monde juif, on ne cesse d’insister sur le fait que des verrous ont sauté en matière de parole antisémite. C’est vrai, mais il ne faudrait pas non plus que les balises morales s’écroulent au sein même de nos communautés juives : le Front national et ses dirigeants sont porteurs d’un projet dont la haine de l’Autre et l’égoïsme sont les fondements. Autant de choses qui se situent aux antipodes des valeurs juives. Inutile d’interviewer longuement Marine Le Pen pour le comprendre.