Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > « Parcours professionnels de femmes immigrées et de filles d’immigrés   (...)

« Parcours professionnels de femmes immigrées et de filles d’immigrés  »

mercredi 6 mars 2013, par siawi3

Source : Marche Mondiale des Femmes, 5 mars 2013

Café féministe autour du livre : « Parcours professionnels de femmes immigrées et de filles d’immigrés  » - Odile Merckling – Paris – 21 mars

Les femmes immigrées ou issues de l’immigration ont acquis une place de plus en plus grande sur le marché du travail, tandis que l’économie devenait une « Ã©conomie de services  ». Ces femmes cherchent tout àla fois àaccéder àune autonomie financière, et àaider leur famille àsurvivre. Un nombre croissant d’entre elles vivent seules, sont chefs de famille monoparentale ou ont un conjoint qui est lui-même dans la précarité.
Les modalités d’activité des femmes, la description de leurs conditions d’emploi, ont fait l’objet d’un ouvrage publié en 2011 : Femmes de l’immigration dans le travail précaire. Ce second ouvrage, paru en 2012, vise davantage àrendre compte de leurs parcours de vie et de leurs parcours professionnels, àidentifier les difficultés auxquelles elles sont confrontées, àcomparer les modalités d’emploi des filles d’immigrés àcelles des primo-arrivantes.
Les taux d’activité des immigrées ont très fortement augmenté depuis 1990. Les femmes immigrées ont, en réalité, toujours travaillé, même si elles sont longtemps restées dans l’invisibilité et le travail informel. Leurs conditions de travail sont souvent dignes de l’esclavage, du moins très peu réglementées - que ce soit dans les services àla personne, dans les nombreuses activités de sous-traitance, dans les commerces, dans les ateliers de confection. Aujourd’hui, certaines femmes exercent des professions plus qualifiées d’administration, de santé ou d’action sociale.
Tout ceci remet en question les représentations courantes de ces femmes, montre qu’il est indispensable de relativiser les « obstacles culturels  » àl’insertion professionnelle. Beaucoup d’entre elles ont des compétences, des savoirs et des savoir-faire originaux, qu’elles ne peuvent valoriser en raison de parcours très chaotiques, d’une pluriactivité, de fréquents changements d’employeur. Certaines, en dépit de toutes ces difficultés, s’engagent dans l’action syndicale et associative.

Editions L’Harmattan, Collection Logiques sociales, 2012 21 mars – 18h30 – Maison des Femmes de Paris