Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Tunisie : Si Tahar Haddad parlait

Tunisie : Si Tahar Haddad parlait

campagne : Free Amina

samedi 6 avril 2013, par siawi3

Saïd Khatibi

Source : http://freeamina.blogspot.fr/2013/03/liberez-amina.html
and
http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2013/03/24/2394-si-tahar-haddad-parlait-said-khatibi

Des seins nus sont des seins en colère, qui veulent crier, hurler, se faire entendre, et se révolter contre « l’autre  », le fils légitime de la tradition religieuse ancestrale radicale, qui enferme la femme, qui a peur de la voir un jour protester, se faire sa propre définition de « la liberté de conscience  » et de disposer de son propre corps.
Le corps de la femme est « Aoura  » (àcouvrir) pensent des théologiens musulmans, eux-mêmes qui justifient la polygamie, et légitiment « l’excision  ».
D’Anna àAmina, une histoire de combat, qui va de Kiev àTunis, de l’Europe d’Est au Monde arabe. Tout a commencé avec « l’injustice sociale et la hogra patriarcale  », Anna s’est révoltée conter les orthodoxes fanatiques et Amina contre les islamistes qui sont en train de transformer le pays de Bourguiba en un grand ghetto wahabitte. Entre les deux un seul mot-clé : FEMEN, le nom d’un mouvement féministe qui fait trembler les « gardiens du temple » et les partisan de la « pensée unique  ».

Amina (19 ans), seule, a pu dire, haut et fort, « basta  » aux fanatiques qui ont tenté, ces deux dernières années, de confisquer la révolution du peuple, et paye aujourd’hui seule aussi son choix, de montrer ses seins nus, et de s’exprimer librement. Elle croyait en une Tunisie post-révolutionnaire-utopique, basée sur le respect des droits de l’Homme, et oubliait que seuls les lâches en profitent. Si Tahar Haddad était encore vivant, qu’aurait-il pu dire sur le cas d’Amina ? Certainement, il allait la soutenir. Le grand penseur tunisien, du début du vingtième siècle, a voué sa vie àécrire et àpublier, des livres et des articles, portant sur l’insurrection de la femme et son émancipation, juridique et sociale. Auteur du remarquable livre « Notre femme, dans la charia et la société  » n’aurait pas pensé que la femme tunisienne serait un jour victime de ses propres concitoyens.

Amina n’a rien fait que de mal que de dire ce qu’elle pense àhaute voix.

Amina est la continuité du combat, engagé il y a un siècle, par Tahar Haddad, pour libérer la femme arabe de l’injustice sociale.

Amina se déshabille et les fanatiques du mouvement islamiste, qui l’on menacé de mort, se rhabillent du voile de la honte.

Libérez Amina
Libérez la femme arabe

Notice to readers: Technical upgrade underway. No new content is being added here till further notice.