Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Arrestation de salafistes en Mauritanie

Arrestation de salafistes en Mauritanie

mercredi 8 janvier 2014, par siawi3

Par Bakari Gueye pour Magharebia àNouakchott – 30/01/13

Source : http://magharebia.com/fr/articles/awi/features/2013/01/30/feature-02

La guerre au Mali contraint les forces de sécurité mauritaniennes àêtre plus vigilantes et àsurveiller étroitement les personnes susceptibles d’être recrutées par al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et ses groupes terroristes affiliés.

C’est dans ce contexte que de nombreux salafistes ont été arrêtés au cours des deux derniers jours.

Les services de sécurité mauritaniens ont arrêté, le mardi 29 janvier, Dembra Ould Semane, le frère des prisonniers salafistes Mohamed et El Khadim Ould Semane.

[AFP/STR] Les autorités mauritaniennes ont récemment arrêté le frère d’El Khadim Ould Semane (que l’on voit ici) pour des charges liées au terrorisme.

[AFP/STR] Les autorités mauritaniennes ont récemment arrêté le frère d’El Khadim Ould Semane (que l’on voit ici) pour des charges liées au terrorisme.

Articles liés

: : Al-Qaida nomme un nouveau chef au Mali
: : Al-Qaida au Maghreb proche de l’effondrement
: : Al-Qaida nomme un nouvel émir au Sahara
: : La mort de Belmokhtar non confirmée

« La police mauritanienne a mis sous surveillance beaucoup d’activistes salafistes de crainte qu’ils ne rejoignent les camps d’al-Qaida », a indiqué al-Akhbar.

Lundi, selon ce site web, « trois personnes ont été arrêtées… àChegar, dans le centre de la Mauritanie. Elles sont suspectées d’entretenir des liens avec les extrémistes salafistes dans le nord du Mali. »

Ces arrestations mettent une fois de plus en lumière la question du recrutement de jeunes Mauritaniens par les groupes terroristes.

« La Mauritanie représente un véritable vivier de recrutement pour AQMI », a expliqué l’analyste Abdou Ould Mohamed. « Cela s’explique par un terrain favorable. En Mauritanie, la population est majoritairement jeune, avec 59 pour cent des habitants qui ont moins de 25 ans. De plus, les jeunes sont très affectés par le chômage. »

Il a ajouté que le fondamentalisme musulman gagne du terrain dans le pays.

« Les partis islamistes suscitent un grand engouement », a-t-il commenté.

Les observateurs ont souligné que les jeunes se ruent pour rejoindre AQMI.

« Les Mauritaniens montent en grade au sein de l’organisation terroriste », a expliqué Sidati Ould Cheik, un spécialiste du terrorisme. « En décembre, l’émir national d’AQMI a nommé le chef terroriste Mohamed Lemine Ould Hacen, alias Abdallah al-Chinguetti, àla tête de la phalange El Fourkane en remplacement de l’ex-émir Yahia Abou Hammam, désigné numéro deux de l’organisation terroriste au Sahel. »

Al-Chinguetti est d’origine mauritanienne. Il avait étudié àl’Institut supérieur d’études et de recherches islamiques de Mauritanie en 2006 et avait été emprisonné àplusieurs reprises par les autorités mauritaniennes.

Il est aujourd’hui le porte-parole de l’organisation terroriste au Sahel.

Dans une vidéo publiée peu après sa nomination, Al-Chinguetti expliquait que de nombreux jeunes Mauritaniens ont rejoint AQMI, comme lui-même l’avait fait en 2006.

« Les Mauritaniens viennent juste après les Algériens en termes de nombre de combattants au sein d’AQMI », a souligné Cheikh Haidara, rédacteur en chef du quotidien L’Authentique. « Ils y occupaient jusque-làdes postes clés de porte-parole et prêcheurs. Aujourd’hui, ils occupent de plus en plus des postes de commandement dans la hiérarchie militaire. »

« Quoiqu’il en soit, ces jeunes Mauritaniens se sont donnés la mort ou sont allés se faire tuer en Algérie, en Mauritanie, au Mali, au Niger ou en Tunisie », a déclaré le directeur de l’agence ANI et spécialiste de l’islamisme Mohamed Mahmoud Ould Aboul Maaly.

Parmi les nombreux jeunes Mauritaniens qui se sont sacrifiés pour AQMI, Ould Aboul Maaly mentionne « les deux kamikazes qui se sont fait exploser en Mauritanie, àsavoir Moussa Ould Zeidane, alias Abou Oubeida Al-Bassri, auteur de l’attentat suicide contre l’ambassade de France àNouakchott en aoà»t 2009, et Idriss Ould Mohamed Lemine, alias Abou Ishagh al-Chinguitty, kamikaze de l’opération suicide déjouée contre la caserne de Néma dans l’Est mauritanien du 25 aoà»t 2010. »

« Il y a aussi Ibrahim Al Khalil Ould Haboye, alias Nacer, auteur de l’attaque suicide contre une caserne de l’armée nigérienne en mars 2010, et Sidina Ould Khattary, alias Abou Zeineb Al-Mouritani, auteur d’un attentat suicide contre un bus de transport en commun dans la ville algérienne de Bouira en 2008 », a-t-il ajouté.