Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Les blogueurs libyens débattent de solutions sécuritaires

Les blogueurs libyens débattent de solutions sécuritaires

mercredi 8 janvier 2014, par siawi3

Par Monia Ghanmi àTunis pour Magharebia – 20/11/2013

Source : http://magharebia.com/fr/articles/awi/features/2013/11/20/feature-2
`

Pour de nombreux blogueurs libyens, l’application de la loi est la solution àla crise sécuritaire traversée par le pays.

La nouvelle constitution seule ne peut venir àbout des défis que doit affronter l’État libyen, affirme Wissam Salem sur sa page wissamyat.

« Quel est l’intérêt d’approuver une nouvelle constitution si elle ne doit pas être appliquée ? », s’interroge Salem.

[Wissamyat.blogspot] Le chaos en Libye perdurera jusqu’àce que soit trouvé un moyen de faire disparaître les armes, de renforcer le droit et d’appliquer la loi, selon le blogueur libyen Wissam Salem.

Articles liés

: : La Libye souhaite une aide extérieure pour sa sécurité
: : Des affrontements meurtriers secouent Tripoli
: : Le ministre libyen de la Défense revient sur sa démission
: : Les milices libyennes succombent face àla pression populaire

« Qui va mettre en oeuvre la constitution ? Est-ce que ce seront les fantômes de la sécurité et les autorités civiles ? Quel est l’intérêt de placer une âme nouvelle dans un corps épuisé, dont certains organes ont déjàété amputés, dont d’autres sont paralysés ? », écrit le blogueur.

Salem ajoute : « Comment est ce que la constitution parviendra àrésoudre le chaos sécuritaire sans une force qui puisse éliminer les armes, faire régner la sécurité et appliquer la loi ? »

Le blogueur Karim Nabata attribue l’origine de la crise de la sécurité aux conflits qui opposent les diverses forces politiques, sous le contrôle des milices armées.

« L’intense querelle politique que notre Premier ministre a mentionnée après son enlèvement, qui lui a coà»té presque plus que ses lunettes, a encore davantage montré la nature militaire des disputes entre des groupes supposés être essentiellement politiques », explique le blogueur.

« Un fait qui ne peut être ignoré davantage a été aussi révélé, àsavoir que les partis et les entités qui ont été désignés par le peuple libyen pour le représenter au sein du Congrès Général National (CGN) ne sont rien de plus que les bras politiques des milices armées, qui possèdent dans l’ombre le pouvoir de faire pression, qu’ils utilisent lorsqu’ils ne parviennent pas àfaire passer leur agenda politique d’une manière typiquement démocratique ».

Selon le blogueur Abdullah al-Woshesh, l’origine principale du chaos persistant est l’absence d’une élite politique capable de diriger le pays et de l’amener àla sécurité.

« Notre détresse est en nous et aussi en ceux qui nous gouvernent », dit-il. « Quatre-vingt dix pour cent de ces derniers ne comprennent pas la politique ou sa signification, ou même comment la gérer, sans même parler d’analyser ou de débattre de son contenu ».

« La majorité au pouvoir est ignorante, comment les choses pourront-elles s’améliorer ? », s’interroge-t-il.

Sur son blog « mellakheer », Ramez Enwesri, poète et écrivain, déplore également les conflits sanglants qui surviennent quotidiennement entre les Libyens.

Faisant référence aux affrontements meurtriers de Tripoli qui ont suivi l’assassinat du commandant de la Brigade al-Nasur Nuri Friwan au début du mois de novembre, Enwesri écrit : « Ce qui est arrivé la nuit dernière est un nouveau chapitre de ce scénario de destruction de la Libye ».

« Les acteurs ont tellement excellé dans leur rôle qu’ils se sont presque confondus avec le texte, et leur sang s’est déversé sur la scène pour impressionner le public », ajoute-t-il.

Les conflits internes entre membres d’un même peuple, conclut le blogueur, montrent que le concept d’un État libyen a été usurpé par les milices qui tentent d’imposer le contrôle par la force.