Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Changement de tactique d’al-Qaida

Changement de tactique d’al-Qaida

lundi 20 janvier 2014, par siawi3

Par Jemal Oumar à Nouakchott pour Magharebia – 15/08/2013

Source : http://magharebia.com/fr/articles/awi/features/2013/08/15/feature-01

Confrontés à la mort de leurs leaders, à l’emprisonnement de leurs commandants et à leur manque d’organisation, les affiliés d’al-Qaida élaborent une nouvelle stratégie pour parer à une situation désespérée.

Le mois dernier, des hommes armés ont lancé un assaut contre une prison dans les faubourgs de Benghazi, et libéré plus de mille détenus. Le même mois, al-Qaida a revendiqué les attaques contre les prisons d’Abou Ghraib et de Taji à Baghdad, qui ont permis à des centaines de terroristes de s’évader et ont incité Interpol à lancer une alerte internationale.

Des attaques armées perpétrées en juin ont visé des prisons au Niger, et tué plusieurs gardiens et des civils.

[AFP] Des soldats montent la garde à l’entrée de la prison principale de Niamey, d’où des suspects terroristes ont récemment tenté de s’échapper.

[AFP] Des soldats montent la garde à l’entrée de la prison principale de Niamey, d’où des suspects terroristes ont récemment tenté de s’échapper.

Articles liés
: : Ansar al-Sharia s’installe au Mali
: : L’Afrique face à de nouvelles menaces contre sa sécurité
: : Les responsables militaires du Sahel réfléchissent aux options face à la crise au Mali
: : La Mauritanie renforce sa sécurité par crainte des retombées de la crise malienne

Cette série d’évasions pourrait laisser entendre qu’al-Qaida reprend les choses en main ; mais les spécialistes font valoir que la mort et la capture de hauts dirigeants du mouvement ont entraîné une pénurie de commandants charismatiques au sein de l’organisation.

Les responsables de la planification des opérations terroristes ne se remplacent pas facilement, soulignent les analystes. L’organisation a donc commencé à centrer son activité sur la morale, le recrutement et les discours pour tenter de gagner à sa cause les sentiments de la jeunesse.

L’analyste Abou Bakr al-Ansari a qualifié cette nouvelle initiative visant les prisons pour libérer les hauts dirigeants « d’action alternative à la confrontation armée ».

« Al-Qaida a échoué sur le terrain, et porte donc son attention sur les prisons, en profitant de la faible protection dont elles bénéficient généralement, notamment celles qui sont situées dans les capitales et les grandes villes », explique-t-il.

Al-Ansari ajoute que « les leaders de l’organisation terroriste qui disposent de la possibilité de formuler des idées et de concevoir des plans élaborés ont été confinés en prison, que ce soit en Algérie, en Mauritanie, au Maroc ou au Mali, laissant l’organisation dans la confusion et en l’absence de chefs ».

Al-Qaida n’a donc plus d’autre solution, ajoute-t-il, que « d’attaquer les prisons, en s’appuyant sur les infiltrés et sur la coordination avec les cellules dormantes, afin de semer la confusion parmi les gouvernements et de montrer la capacité d’al-Qaida à porter ses actions loin dans ces pays, en dépit d’une surveillance renforcée ».

Un haut dirigeant de Qaedat al-Jihad dans la péninsule arabique a confirmé la théorie d’Al Ansari.

Dans une lettre publiée lundi dernier, Nasir al-Wahishi s’est engagé à libérer les membres de l’organisation qui sont détenus dans ce qu’il appelle « les prisons des tyrans ».

« Votre libération est proche, et la bonne nouvelle est que vous serez bientôt de nouveau dans le monde... La victoire n’est plus éloignée, le triomphe est désormais une affaire d’heures », a expliqué al-Wahishi, ajoutant que « l’ère des possibilités s’ouvrira très bientôt. »

Al-Wahishi n’a pas précisé quelles prisons seront visées, a indiqué Islamiyyun. Les prisons du Maghreb sont remplies de dangereux terroristes, et les possibilités sont donc infinies.

Les prisons mauritaniennes abritent des membres du groupe Ansar al-Sharia. De nombreux jihadistes sont détenus en Tunisie et au Maroc, et l’Algérie détient de hauts commandants du Mouvement pour l’unité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) et d’al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI).

En réponse aux propos du leader terroriste international, l’administration pénitentiaire algérienne a « relevé le niveau de sécurité des gardiens affectés à la surveillance des prisonniers inculpés pour des charges terroristes dans les prisons de l’Est, du centre et du Sud du pays », a indiqué le quotidien Al-Khabar dans son édition de lundi 12 août.

Cette mesure intervient en réponse à des informations sécuritaires confirmées concernant des plans d’évasion de prisonniers de certaines de ces prisons, notamment de celle d’Ouargla et d’une autre située dans l’Est de l’Algérie.

L’administration a procédé à des recherches dans les cellules des prisonniers, alors que des unités de la gendarmerie dans les provinces de Ghardaia, Ouargla, Illizi et Laghouat renforçaient les mesures de contrôle d’identité des personnes se déplaçant sur différentes routes.

Des unités de l’armée ont également ratissé la région d’al-Shatata à la recherche de terroristes soupçonnés de s’être infiltrés dans la région en provenance du Sud-Est de la Libye.

Le renforcement du niveau d’alerte et de sécurité dans les prisons en Algérie pourrait également l’être prochainement en Mauritanie, a expliqué le journaliste Zayn al-Abidin à Magharebia.

La Mauritanie avait jusque-là décidé de transférer « les prisonniers terroristes les plus dangereux, conduits par Walad Al-Samman, de Nouakchott vers une destination inconnue ».

Le Président mauritanien avait expliqué l’année dernière que le but de ce transfert de terroristes reconnus coupables vers une destination inconnue était d’assurer la sécurité du pays, dans la mesure où ces détenus avaient maintenu des contacts avec leurs pairs en-dehors des prisons.