Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Avortement en question ?

France : Avortement en question ?

lundi 20 janvier 2014, par siawi3

20/01/2014 à 09:06
Avortement : Borloo met en garde contre une « boîte de Pandore »

Source : http://actu.orange.fr/une/avortement-borloo-met-en-garde-contre-une-boite-de-pandore-afp-s_2786662.html

Alors que les députés s’apprêtent à lancer un nouveau débat sur l’avortement, Jean-Louis Borloo a mis en garde contre le danger d’ouvrir « la boîte de Pandore ».

Photographe : ALAIN JOCARD, AFP : : Jean-Louis Borloo, président de l’UDI, le 15 septembre 2013 à Chasseneuil-du-Poitou près de Poitiers. photo : ALAIN JOCARD, AFP

Jean-Louis Borloo, président de l’UDI, a recommandé d’être « extrêmement attentifs à toute forme de régression » par rapport à la loi Veil, une « avancée extraordinaire », lors du nouveau débat sur l’avortement qu’entament les députés.

« Le droit des femmes à disposer d’elles-mêmes est une pierre fondamentale », a assuré l’ex-ministre, député du Nord. « C’est un droit qu’il faut défendre de manière très forte ». Mais « très franchement, je n’aurais pas rouvert le débat aujourd’hui », « ne rouvrons pas systématiquement des débats quand il n’y en a pas besoin », a-t-il dit à propos d’un « amendement de nuitée, arrivé très rapidement », qui va être soumis aux députés.

Cet amendement socialiste au projet sur l’égalité hommes-femmes discuté à partir de lundi à l’Assemblée nationale, modifie les termes de la loi Veil : une femme pourrait demander une IVG si elle « ne veut pas poursuivre une grossesse » et non plus parce que « son état (la) place dans une situation de détresse ».

Le groupe centriste va-t-il voter cette disposition ? « On va en parler en réunion de groupe », a déclaré Jean-Louis Borloo. « Il y a un risque d’ouvrir une boîte de Pandore ». Pour lui toutefois, la modification proposée « n’est pas une affaire d’Etat » ni « un drame ».

Des députés UMP vont défendre le maintien de la notion de « détresse » qui, selon eux, fait de l’IVG une « exception ».