Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Les propos du pape sur l’utilisation du préservatif son « inacceptables » - (...)

Les propos du pape sur l’utilisation du préservatif son « inacceptables » - résolution de Le Parlement belge

Le Vatican « Stupéfait » De La Décision Belge

dimanche 3 mai 2009, par siawi

Source : Le Nouvel Observateur
- 03/04/2009 11:47

Le Parlement belge a décidé de voter une résolution qualifiant d’« inacceptables » les propos du pape sur l’utilisation du préservatif. Une décision qui « suscite la stupeur » au Vatican.

Le Vatican est « stupéfait ». Sa réaction ne s’est pas faite attendre, vendredi 3 avril, après la décision du Parlement belge d’adopter une résolution qualifiant d’« inacceptables » les propos du pape sur l’utilisation du préservatif.

La résolution adoptée jeudi « suscite la stupeur », a déclaré le père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Vatican, dans une interview àRadio Vatican.

Une « grande expérience dans la santé »

« Dans tous les pays démocratiques la liberté du Saint Père et de l’Eglise catholique d’exprimer leurs positions sur des sujets qui ont un lien évident avec la personne humaine et sa responsabilité morale semble acquise », a estimé le père Federico Lombardi.

« La grande tradition et expérience de l’Eglise dans le domaine de la formation et de la santé, en particulier dans les pays les plus pauvres, est tellement évidente qu’elle n’a pas besoin de démonstrations ou de commentaires », a-t-il ajouté.
Regrets

La résolution adoptée jeudi par le Parlement belge demande en outre au gouvernement de Bruxelles de protester « par la voie officielle et diplomatique » auprès du Vatican contre les propos du pape. Ce dernier avait déclaré, au premier jour de sa visite en Afrique il y a deux semaines, que l’on ne pouvait « pas résoudre le problème du sida (...) avec la distribution de préservatifs » et que, « au contraire », leur « utilisation (aggravait) le problème ». Les évêques de Belgique ont « regretté » vendredi la résolution du Parlement belge.

« Nous prenons acte du vote par la Chambre des représentants d’une résolution déclarant ’inacceptables’ les déclarations du pape concernant la lutte contre le sida. Nous respectons le caractère démocratique de cette décision mais en regrettons la teneur », ont indiqué les évêques dans un communiqué.

Résolution

La Belgique compte protester auprès du Vatican après les propos du pape Benoît XVI sur l’utilisation du préservatif, les députés belges ayant adopté une résolution en ce sens àune large majorité jeudi 2 avril.

La Chambre des députés a adopté par 95 oui, 18 non et 7 abstentions un texte « demandant au gouvernement belge de condamner les propos inacceptables du pape lors de son voyage en Afrique, et de protester officiellement auprès du Saint-Siège », selon l’agence Belga.

Ce vote était attendu. L’ensemble des partis belges — àl’exception du parti d’extrême droite Vlaams Belang et des nationalistes de la Nouvelle alliance flamande — s’étaient ralliés mercredi en commission des Affaires extérieures àla proposition de résolution déposée par le député libéral Denis Ducarme.

« Propos dangereux et irresponsables »

Il a fallu toutefois adoucir la formule « propos dangereux et irresponsables » par « propos inacceptables » pour que les chrétiens-démocrates flamands (CD&V) du Premier ministre Herman Van Rompuy et les centristes francophones (CDH) approuvent le texte.

Herman Van Rompuy avait néanmoins assuré qu’il donnerait la « suite appropriée » àla résolution si elle étai adoptée. Il avait ajouté avoir une « opinion qui s’écarte fortement de celle du pape » en matière de prévention du sida, mais partager son approche « sur le volet curatif ».

Même si les députés ont renoncé àdemander le rappel temporaire de l’ambassadeur belge auprès du Vatican et la convocation du nonce apostolique àBruxelles, la Belgique devrait devenir ainsi le « premier pays àprotester par voie officielle », a relevé Denis Ducarme.

Le préservatif aggrave le problème du Sida

« Il ne revient pas au pape de remettre en cause des politiques de santé publique qui font l’unanimité et sauvent tous les jours des vies », a-t-il ajouté.

Au premier jour de sa visite en Afrique, Benoît XVI avait déclaré que l’on ne pouvait « pas résoudre le problème du sida (...) avec la distribution de préservatifs » et que, « au contraire », leur « utilisation (aggravait) le problème ».

Si la ministre belge de la Santé, Laurette Onkelinx, a été l’une des premières responsables européennes àfaire part de sa « stupéfaction », le gouvernement était généralement resté prudent.

03.04.2009