Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Iran : Tu veux que je n’existe pas Mais j’existerai quand même

Iran : Tu veux que je n’existe pas Mais j’existerai quand même

samedi 6 septembre 2014, par siawi3

Source : http://sisyphe.org/spip.php?article4801
Mis en ligne sur Sisyphe, le 27 aoà»t 2014

Tu veux que je n’existe pas
poème
par Simine Behbahâni

Tu veux que je n’existe pas
Mais j’existerai quand même
Je ne quitterai pas le pays
Tant que le combat durera
Je résisterai
Je ne l’abandonnerai pas

Je porte en moi une plaine
De mots de poèmes
Mon être respire l’air du pays
Je suis la gazelle vive du ghazal*
Tu ne me chasseras pas facilement

Je suis en vie
Ma voix est ardeur et révolte
Je n’évite ni la pierre ni le roc
Tu ne pourras harnacher mon torrent

Pourquoi voiler ma chevelure
Pourquoi me travestir** pour te combattre
Je suis femme et jamais ne prendrai par ruse
La voie de l’effacement

Que tu protestes ou que tu cries
J’ai dit ce que j’avais àdire
“Seule la voix reste†***
Mais moi je ne serai pas toujours là
Malgré la vieillesse la maladie
Je veux chevaucher
Même si je ne peux plus monter àcheval

* Ghazal : sonnet en persan
** Dans le Shahnameh (Le livre des rois) de Firdoussi, Gord-Afarid met une armure d’homme et entraîne Sohrab dans une forteresse pour le combattre.
*** De Forough Farrokhzâd (1935-1967), poète iranienne.

Traduction Farideh Rahnema et Élaine Audet

Notes biographiques

“Comme une planche sur les vagues, je suis libre, libre, libre.â€

Au cours d’une entrevue àla radio allemande, Simine Behbahâni déclare : « Pour moi, la vie est toujours une épreuve, une expérience. Ma poésie aussi est basée sur l’ expérience. J’ai commencé par le »ghazal« (sonnet) simple et puis en passant par les “Do-beyti†(distique) et les quatrains de Nima, j’ai trouvé des rythmes nouveaux dans le »ghazal« . Mais spontanément ! »

On l’a surnommée “la mère de l’Iran" àcause de son courage et de sa résistance face aux pressions du régime.
En 2006, elle a milité avec Shirine Ebadi pour la campagne d’un million de signatures pour l’Égalité des Droits des femmes.
Cette même année, quand elle avait 79 ans, elle a été battue et blessée par la police, au cours d’une manifestation pour la Journée internationale des femmes.
En 2010 elle a été invitée àParis pour donner une conférence pour cette journée, mais son passeport a été confisqué àl’aéroport de Téhéran.

Quelques dates

Simine Behbahâni est née àTéhéran le 20 juillet 1927. Sa mère connaissait plusieures langues, était membre des femmes patriotes, et, rédactrice en chef du journal « Ayandeh Iran ».
En 1951, Simine Behbahâni enseigne dans les lycées et passe sa licence àla Faculté de Droit. Jusqu’en 1981 elle continue d’enseigner la littérature dans les lycées.
En 1969, elle est membre du Conseil de la poésie et de la musique àla radio. À cette époque, plusieurs de ses poèmes sont chantés par de grands interprètes comme Shadjarian.
A partir de 1978, elle devient membre du Centre des Écrivains de l’Iran, et plusieurs fois membre du conseil exécutif.
En 1988, elle écrit le poème « Ã” mères ! » en mémoire du massacre des prisonniers politiques en Iran.
En 2001, pour le Nouvel An iranien, Obama récite quelques vers de son poème « Je te reconstituerai patrie »â€¦
En 2008, accompagnée de plusieurs femmes, elle va, au Parlement pour protester contre le projet de loi concernant « la protection de la famille ». Elle dit : « Messieurs, je n’ai pas voté pour vous, car je n’accepte pas votre Assemblée. Mais je suis venue pour vous dire de ne pas trahir ceux et celles qui ont voté pour vous. Cette loi est contre les femmes. »
Jusqu’àla fin de sa vie, elle reste présidente de la Bibliothèque Sedigheh Dowlat-Abadi.*
En 2009, elle reçoit en France le Prix Simone de Beauvoir et, en 2013, celui du PEN club en Hongrie.
Simine Behbahâni meurt le 28 Mordad (19 aoà»t) 2014.
Elle a été enterrée, contre ses voeux, au cimetière Behesht-é-Zahra.

* Sedigheh Dowlat-Abadi, née en 1882 àIspahan, militante de la Révolution Constitutionnelle et du Droit des Femmes, fondatrice de l’Association des partisanes de la révolution constitutionnelle, journaliste dans deux journaux : « Paroles de Femmes » et « Mouvement des Femmes ».

Notice to readers: Technical upgrade underway. No new content is being added here till further notice.