Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Australie : Mise en cause de la démocratie interne àAmnesty International

Australie : Mise en cause de la démocratie interne àAmnesty International

Plainte officielle contre la « consultation » menée par le Secrétariat international d’Amnesty ! au sujet de sa politique de décriminalisation du proxénétisme

samedi 6 septembre 2014, par siawi3

Source : http://ressourcesprostitution.wordpress.com/2014/06/21/plainte-officielle-contre-la-consultation-menee-par-le-secretariat-international-damnesty-au-sujet-de-sa-politique-de-decriminalisation-du-proxenetisme/

Plainte officielle contre la « consultation » menée par le Secrétariat international d’Amnesty ! au sujet de sa politique de décriminalisation du proxénétisme

Publié le 2014/06/21 par ressourcesprostitution
21 juin 2014, à09h01

Le Secrétaire général d’Amnesty, M. Salil Shetty, a reçu hier une plainte officielle de l’organisation Nordic Model Australia concernant la conduite du Secrétariat international (SI) et du Conseil international d’Amnesty dans le traitement expéditif accordé au ­processus de développement et de consultation entourant le document de travail d’AI sur le système prostitueur (dit « travail du sexe  ».)
Salil Shetty a été invité àmettre sur pied une enquête indépendante àpropos du rôle joué par le SI et par le Conseil dans l’élaboration du projet de politique d’AI sur la prostitution et dans le processus de consultation subséquent.

Dans un document interne envoyé aux sections nationales d’Amnesty­, aux présidents et directeurs des structures d’AI et au Conseil international, le Secrétariat international a admis :
« Il est incontestable que le processus de consultation aurait pu être traité beaucoup mieux.  »

Un porte-parole de Nordic Model Australia (NORMAC), Matthew Holloway a déclaré : « Le document de discussion d’une politique d’AI sur le système prostitueur fera l’objet d’une discussion àLondres ce weekend, lors du Forum 2014 des présidents et directeurs généraux d’Amnesty.  »
« Comme un peu moins de 60% des sections d’Amnesty International n’ont soumis aucune réponse àla proposition de Politique sur la prostitution – et que seulement quatre sections nationales ont appuyé cette proposition –, il est surprenant qu’Amnesty entende poursuivre son orientation politique  », a fait valoir M. Holloway.
« Sur les un peu plus de 40% des sections àavoir soumis des commentaires écrits àla politique, toutes ont soutenu une dépénalisation des personnes prostituées  » (Commentaire : Et donc pas des proxénètes et tenanciers de bordels !)

« Le document interne d’AI indique également qu’environ 28% de celles des sections nationales qui ont répondu àla consultation ont déclaré avoir besoin de plus de recherches – àmener par Amnesty – pour étayer leur point de vue. En outre, 38% des répondantEs avaient demandé que soit reportée la date d’échéance de la consultation. D’autres répondantEs ont qualifié tout le processus de cette consultation de ‘biaisé’.  »
« Au cours de la période précédente de consultation sur la politique d’Amnesty en matière de prostitution, certaines sections avaient avisé le Secrétariat international que la politique était déficiente en termes de justification et de base de données.  »

Le SI réalise également que sa proposition de politique sur la prostitution peut avoir des effets néfastes sur l’organisme :
« Amnesty International doit tenir compte des risques qu’elle encourt en adoptant une telle politique sur le travail du sexe, y compris pour la crédibilité de l’organisation, son financement, ses effectifs et ses liens avec ses partenaires,  » peut-on lire dans ce document interne.
« NORMAC est conscient de la déception de plusieurs membres d’Amnesty àvoir tout ce processus traité de façon expéditive, et àconstater qu’une approche plus impartiale des diverses lectures des droits des personnes en cause a été délaissée par Amnesty. C’est pourtant ce qu’ont fait récemment de nombreux pays en se penchant sur les conséquences plus larges de la prostitution sur le plan des droits de la personne et des liens du système prostitueur avec l’inégalité des sexes, la maltraitance des enfants et la traite sexuelle àl’échelle mondiale  », a conclu M. Holloway.

Les membres d’Amnesty International qui ont déposé cette plainte sont également membres de la Coalition Modèle nordique Australie.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter : Matthew Holloway, 0450 682 372

http://normac.org.au/

Pour en savoir plus : http://www.pinterest.com/ressourcespros/le-scandale-amnesty-international-2014-in-french-e/