Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Algérie : Odieux assassinat d’Hervé Gourdel : Les Algériens sous le (...)

Algérie : Odieux assassinat d’Hervé Gourdel : Les Algériens sous le choc

jeudi 25 septembre 2014, par siawi3

Source : http://www.elwatan.com/actualite/odieux-assassinat-d-herve-gourdel-les-algeriens-sous-le-choc-25-09-2014-272420_109.php

le 25.09.14 | 00h00

Hacen Ouali

Le choc. L’assassinat odieux du Français Hervé Gourdel a violemment secoué toute la planète et tragiquement replongé l’Algérie dans l’ambiance d’horreur des années noires du terrorisme.

Le groupe djihadiste Jund Al Khilafah, désormais branche locale de la nébuleuse Etat islamique (EI) qui a enlevé puis décapité l’otage français, signe macabrement son acte de naissance. La paix retrouvée vantée par un discours politique bienveillant àl’égard des chefs terroristes d’hier, sous le couvert d’une réconciliation nationale, est battue en brèche. Le « je vous ai ramené la paix » de Abdelaziz Bouteflika est fortement remis en cause.

Forte de son expérience dans la lutte contre le terrorisme acquise durant la décennie noire, l’Algérie est devenue un partenaire stratégique aux yeux des puissances occidentales dans les conflits régionaux, au Mali et en Libye notamment. Un pays sur lequel il faut compter dans la géostratégie régionale. Mais voilà. Après l’incursion d’une colonne de pick-up dans le désert et la prise d’otages sur l’important site gazier de Tiguentourine, le 16 janvier 2013, l’enlèvement puis l’exécution d’un ressortissant français posent la question non seulement de la stratégie militaire, mais aussi et surtout celle du choix politique imposé au pays.

Un nouveau coup dur pour Alger.

L’assassinat d’Hervé Gourdel, au retentissement mondial, ne sera pas sans conséquences tant politiques que militaires. Le rôle de l’Algérie dans le jeu régional sera sans doute revu àla lumière de l’irruption de la branche locale de l’EI, contre lequel une coalition internationale s’est mobilisée.

L’image de l’Algérie est directement impactée par l’assassinat de l’otage français. « C’est l’un des objectifs de Daech, qui cherche àdéstabiliser un pays fortement sollicité au plan régional et ternir son image, et àcréer ainsi un climat de consternation au sein de la société », analyse H’mida Ayachi, spécialiste des mouvements islamistes radicaux.
La conséquence serait de réduire la marge de manÅ“uvre de l’Algérie sur le « front mondial » de la lutte contre le terrorisme et dans la redéfinition de la carte géopolitique régionale. « La marge d’action d’Alger va sans doute se rétrécir et le pays sera contraint de se soumettre aux injonctions des puissances étrangères », poursuit M. Ayachi.

Avis de tempête

L’Algérie, qui n’est pas engagée – du moins directement – dans la coalition internationale contre l’EI, va-t-elle changer d’attitude ? Le douloureux épisode Hervé Gourdel replace brusquement et incontestablement l’Algérie dans le cyclone du terrorisme international, ce qui pèsera lourdement dans les choix stratégiques àvenir du pouvoir politique.
Au plan interne, le choc est tel qu’il est impérativement urgent de changer de cap stratégique et de politique, fondée idéologiquement sur un discours néo-islamisant conquérant, qui est l’une des conséquences d’une réconciliation nationale imposée envers et contre tous, accompagnée de toute une littérature obscurantiste injectée dans les différentes strates de la société.

Par le truchement de calculs politiciens étroits, le pouvoir politique réhabilite d’anciens chefs terroristes en les hissant au rang de personnalités nationales consultées pour le choix de projet de société, alors que des figures responsables et sérieuses sont tout simplement exclues du jeu politique.

Bouteflika a même substitué àla décennie noire l’appellation « tragédie nationale » et banni le terme « terrorisme » de son dictionnaire. Les éléments de langage changent et l’orientation idéologique avec. De nombreux terroristes élargis dans le cadre de la concorde civile et de la charte pour la paix se sont recyclés dans la société avant de réactiver les réseaux extrémistes. Le chef du groupe qui s’autoproclame de l’EI avait lui-même séjourné en prison pour soutien au terrorisme avant d’être relâché dans la nature.

Les multiples appels pressants venus de Kabylie pour venir àbout de la spirale des enlèvements n’ont pas trouvé d’écho. La population est livrée àelle-même. Les citoyens, mobilisés contre le terrorisme durant la décennie noire, se sentent trahis par l’Etat.
L’assassinat spectaculaire d’un ressortissant étranger sur le sol algérien vient rappeler les limites de cette politique. Symboliquement, il signe l’échec du projet de Bouteflika.

Un examen critique de la politique de réconciliation est impérieusement nécessaire.
Le coup de force imposant un quatrième mandat d’un Président qui est loin d’avoir les capacités physiques pour assumer sa fonction, soutenu par les puissances occidentales au prétexte qu’il est « le garant de la stabilité », s’avère une grave erreur stratégique qui expose le pays àdes périls multiples.

Réactions de lecteurs algériens :

blakis le 25.09.14 | 10h15
reconciliation
Le terrorisme a change de visage, il s’est mute , a la faveur du conflit en Irak et en Syrie. C’est un phénomène supranational , a ramifications mondiales. Ces groupes, prétendus djihadistes, vont se livrer a une surenchère barbare pour se faire adouber par DESH. Le problème aujourd’hui, n’est pas tant l’échec de la politique de réconciliation nationale, mais bien ce califat islamique qui fait des émules parmi les jeunes musulmans du monde entier. On a laisse la religion aux idéologues du néant, aux néo prophètes des temps modernes. L’idéologie propagée par ces groupes n’est plus, ni moins qu’une idéologie fasciste, totalitaire, avecun habillage religieux pour faire passer le message. Car, il est vrai, en prenant comme point d’ancrage ll’islam, ils parviennent a cibler les peuples, qui aiment les vérités toutes faites, les dispensant de faire preuve de créativité. Et puis, le terrorisme n’est pas seulement cantonne en Kabylie, comme vous ne cessez de l’écrire dans vos articles. Il est partout en Algérie, le terrorisme a endeuille toutes les régions d’Algérie. Maisce qui est aujourd’hui particulier, c’est qu’il eétend ses tentacules maléfiques jusqu’en Occident. Alors oubliez nos querelles oiseuses et soyons unis contre ce rouleau compresseur qui risque fort de nous anéantir tous . Et puis, au fait, ou sont les pseudo démocrates, on ne les a pas beaucoup entendu dénoncer cette barbarie a visage humain. Ils devraient s’impliquer , reveilller les consciences, alerter l’opinion nationale, faire un travail de proximité pour faire émerger une véritable pensée moderne, débarrassée des archaïsmes sociaux . mais peut-être sont-ils plus préoccupés par la succession de Bouteflika, , la ou on les verra perforer sur la nécessité d’un changement démocratique. Commencez par proposer un projet de société fédérateur ou chaque composante de la société se reconnaitra. Certes , c’est un projet long et sème d’embuches, loin des effets d’annonce, mais c’est le seul moyen que nous ayons pour nous en sortir.

tentative le 25.09.14 | 09h48
C’est monstrueux
Très attristé par ce abominable crime de l’innocent Hervé , toute mon soutien et ma compassion pour sa famille et ses proches.

LOUREED le 25.09.14 | 09h43
ASSASSINAT Hervé Gourdel
Des petites frappes, des pouilleux d’islamistes, lâches sanguinaires assassins d’un amoureux de la nature...une bande sans rahma ni loi àpendre aux crocs de boucher, qui a terni le sens de l’hospitalité ancestrale kabyle... Comment avec tous les moyens modernes que possède l’armée (avec un budget faramineux) n’arrive-t-on pas àexterminer cette vermine ? Au nom de tous les miens, je demande PARDON àla famille d’Hervé et leur présente mes sincères condoléances. A ses amis qui l’ont, imprudemment, attiré dans ce guet-apens, organisez en guise de pénitence une MARCHE DE PAIX étendue àtoutes les communautés villageoises éprises d’amour et d’hospitalité. Smaïl G.

Aliocha le 25.09.14 | 09h26
Le pire est àvenir
Ce que je n’ai pas compris dans cette affaire c’est que les moyens d’information du monde avaient annocé la mort de l’otage français alors que la TV passait jusqu’àtard le soir un bandeau nous informons que les troupes de l’ANP ratissaient la région pour retrouver l’otage. Gonflés les mecs

muloudia le 25.09.14 | 09h20
Très bon article et j’ajoute ceci :
Une « paix » véritable,et voulue par les citoyens passe d’abord par la consolidation de notre institution qu’est justice pour qu’elle soit juste,non maquillée,égale pour tous,avec le respect qui se doit au peuple,car il est temps de reconnaître que c’est la contribution patriotique et l’aide des citoyens qui pourront aider nos institutions militaitres et de gendarmerie àavoir le dessus sur le terrorisme.Sans cette précieuse assistance,de renseignements etc...je reste dubitatif quant aux résultats et renversement de la situation bloquée depuis 25 ans.

Observateur_Alger le 25.09.14 | 09h16
Les algériens ne méritent pas ça
Dans toute cette affaire, je veux laisser un mot aux algériens.
Je suis étranger, j’habite en Algérie depuis 7 ans et je connais assez bien ce peuple sympa et généreux. Vous, Algériens, vous ne méritez pas du tout qu’on essaye de vous cataloguer en pays de terroristes ! ce n’est pas vrai, c’est un énorme mensonge !