Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Home > fundamentalism / shrinking secular space > Global: les intégristes attaquent tout ce qui peut représenter la (...)

Global: les intégristes attaquent tout ce qui peut représenter la France

Algérie, Pakistan, Sénégal Niger, Mauritanie, etc...

Monday 19 January 2015, by siawi3

Ci dessous, les tout preiers rapports des manifestations, qui depuis, se sont prolongées dans d’autres pays.

Algérie:

Source: http://www.leparisien.fr/international/actualites-informations-videos-international
Charlie Hebdo: des islamistes manifestent contre les caricatures de Mahomet àAlger
Des milliers de personnes ont manifesté vendredi àAlger pour dénoncer la parution des caricatures de Mahomet dans la dernière édition de Charlie-Hebdo.
16 Janv. 2015, 17h30 | MAJ : 16 Janv. 2015, 18h58
Des milliers de personnes ont manifesté vendredi àAlger contre la parution des caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo.
AFP/Sidali Djarboub
Comme au Pakistan ou dans d’autres pays du Moyen-Orient, l’Algérie a vu des milliers de manifestants, hostiles àla Une de Charlie-Hebdo, battre le pavé pour dénoncer les caricatures du prophète Mahomet.

Les manifestants ont répondu àplusieurs partis notamment islamistes qui ont appelé jeudi àune marche contre le journal satirique français. Toutefois, la manifestation s’est tenue àl’écart de l’ambassade de France, située sur les hauteurs d’Alger, et très protégée. Aucune manifestation n’est autorisée aux abords.

La foule s’est élancée peu après la prière du vendredi du quartier populaire de Belcourt, vers la place du 1 er mai, haut lieu des rassemblements de l’ancien Front islamique (FIS) dissous début des années 90. Puis des centaines d’autres fidèles, pas seulement islamistes, ont rejoint les rangs des manifestants brandissant des pancartes avec des slogans: «Nous sommes tous Mohamed », « Nous sacrifions nos vies pour Mohamed »... Certains ont crié leur soutien aux frères Kouachi, les tueurs de l’équipe de Charlie-Hebdo, le 7 janvier dernier, et que certains ont qualifiés de «martyrs».

Empruntant une artère principale allant vers le quartier de la Grande Poste, en plein centre d’Alger, les manifestants ont rappelé, selon des Algérois interrogés au téléphone, la «période sombre» du FIS clamant l’instauration d’un Etat islamique. «Vendredi, on a entendu ces mêmes slogans, la réthorique des militants islamistes désireux de la Chariaa, sous l’oeil des policiers. J’ai ànouveau entendu des militants religieux au coeur d’Alger crier pour elle nous vivons, pour elle nous mourrons et pour elle nous combattrons. Je n’y crois pas encore. Pourtant, jusqu’àprésent toutes les manifestations sont interdites. Mais làça passe», raconte un habitant du quartier.

Illustration de ces propos partagés par beaucoup d’habitants, une algérienne a posté ce tweet cet après-midi.

Cependant, bien qu’autorisée officieusement, cette manifestation partie dans le calme a pris une autre allure quand les islamistes ont commencé àemprunter les boulevards du front de mer où est située l’Assemblée nationale, ainsi que le siège de la préfecture d’Alger. Les policiers, en renfort, ont fait bloc pour empêcher les protestataires de prendre cette voie. Mais certains manifestants ont réussi àfranchir le barrage pour tenter un sit-in devant le Parlement algérien avant d’être délogés àcoups de matraques, de gaz lacrymogènes et de lance àeau. Les manifestants répondaient par des jets de pierre. Une poignée de jeunes, excités, ont également tenté de découdre avec les forces de l’ordre.

Repoussés vers les rues adjacentes, les anti Charlie-Hebdo ont poursuivi leur marche vers Bab el Oued, àl’ouest d’Alger. Un des quartiers populaires de la capitale réputé pour être le bastion algérois des barbus depuis l’avènement des partis islamistes sur la sphère politique algérienne. Après ces affrontements, une vingtaine de manifestants ont été interpellés par la police, selon une source locale.

«C’est une manifestation spontanée et pacifique. Les Algériens veulent dénoncer les attaques répétées contre le prophète et l’islam», a déclaré le secrétaire général du parti islamiste d’opposition Ennahda, Mohamed Douibi. «Le ministre des Affaires étrangères (Ramtane Lamamra) n’aurait pas du prendre part àla marche de Paris aux côtés (du Premier ministre israélien Benjamin) Netanyahu, qui a tué des Palestiniens», a-t-il ajouté, en référence àla «marche contre le terrorisme» dimanche àlaquelle participaient de nombreux chefs d’Etat.

Pakistan:

Source: http://www.leparisien.fr/international/pakistan-des-manifs-anti-charlie-hebdo-tournent-a-l-affrontement-16-01-2015-4452461.php#xtref=http%3A%2F%2Fwww.leparisien.fr%2Finternational%2Fniger-algerie-pakistan-ils-manifestent-contre-charlie-hebdo-16-01-2015-4452685.php
16 Janv. 2015, 15h10 | MAJ : 16 Janv. 2015, 16h21

Pakistan : des manifs anti-«Charlie-Hebdo» tournent àl’affrontement
Des milliers de manifestants ont dénoncé vendredi la publication d’une nouvelle caricature de Mahomet en Une dans la dernière édition de Charlie Hebdo. Un journaliste de l’Agence France Presse a été grièvement blessé.

Des milliers de manifestants ont dénoncé vendredi au Pakistan la publication d’une nouvelle caricature de Mahomet en Une dans la dernière édition de Charlie Hebdo, la contestation tournant même àl’affrontement devant le consulat français de Karachi où un photographe de l’AFP a été grièvement blessé par balle.
Sur le même sujet

Niger, Algérie, Pakistan... ils manifestent contre Charlie hebdo

Photo: Manifestation anti-Charlie Hebdo, le 16 janvier 2015 devant le consulat de France àKarachi, au Pakistan A Majeed

Charlie Hebdo: des islamistes manifestent contre les caricatures de Mahomet àAlger

Deuxième pays musulman le plus peuplé au monde avec près de 200 millions d’habitants, le Pakistan avait condamné la semaine dernière l’attaque contre le journal satirique français qui a fait douze morts et ne cesse de défrayer la chronique au «pays des purs».

Mais au cours des derniers jours, le ton s’est durci, avec une première manifestation en hommage aux frères Chérif et Saïd Kouachi, auteurs de l’attaque contre le journal satirique français. Et la parution du numéro des «survivants» de Charlie Hebdo où Mahomet est dessiné pleurant irritent encore les Pakistanais comme dans d’autres pays musulmans tels que l’Iran. Outrés, les grands partis islamistes, dont la Jamaat-e-Islami (JI), avaient appelé àdes manifestations nationales pour dénoncer la publication de ce numéro de Charlie Hebdo qui n’est ni disponible en version papier, ni accessible en ligne au Pakistan.

Un photo-reporter de l’AFP grièvement blessé

A Karachi (sud), grouillante métropole de 20 millions d’habitants, la manifestation a tourné àla confrontation lorsque des protestataires ont tenté de s’approcher du consulat français. La police a fait des tirs de sommation, utilisé les gaz lacrymogènes et le canon àeau pour tenter de disperser des manifestants réunis après la traditionnelle prière du vendredi.

Le photo-reporter pakistanais Asif Hassan, âgé de 38 ans et employé par l’Agence France-Presse (AFP) depuis une décennie, a été grièvement blessé par balle. Il a été transporté d’urgence àl’hôpital Jinnah, où il a subi avec succès une intervention chirurgicale. «La balle est entrée dans son poumon et est ressortie par sa poitrine. Il est hors de danger dans l’immédiat», a déclaré le porte-parole de l’hôpital.

Selon la police et des témoins, la balle provenait des manifestants, mais il n’a pas été possible de confirmer cette information, les protestataires accusant, eux, la police d’avoir ouvert le feu. Asif Hassan, un photographe expérimenté, ne portait par ailleurs sur lui aucun signe distinctif l’associant àl’AFP. Deux autres personnes, un policier et un caméraman d’une chaîne locale, ont subi des blessures mineures, selon les autorités hospitalières.

D’autres manifestations semblables ont eu lieu dans d’autres villes du pays. De la capitale Islamabad, en passant par Lahore (est), Peshawar (nord-ouest) et Multan (centre) où un drapeau français a été brûlé. «e gouvernement français devra s’excuser auprès des pays musulmans. Tous les pays musulmans doivent être unis», a déclaré dans un rassemblement le chef de la Jamaat-e-Islami, Siraj ul-Haq. Il a appelé àd’autres manifestations tout en saluant les déclarations, jeudi, du pape François pour qui la liberté d’expression n’autorise pas à«insulter» la foi d’autrui.

D’autres manifestations au Qatar, au Koweït et en Algérie

«L’Europe devrait savoir que ce n’est pas une question banale, c’est un enjeu qui nous est vital», a ajouté Siraj ul-Haq en référence àla question de la défense du prophète musulman Mahomet, dont la représentation demeure sujet de controverses. Le Premier ministre Nawaz Sharif et le parlement ont par ailleurs condamné la publication de «caricatures blasphématoires» selon une résolution adoptée àl’unanimité par les parlementaires. Et le Jamaat ul-Ahrar, une faction des talibans pakistanais, en lutte contre le pouvoir, a salué vendredi les auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo et même appelé àdes représailles contre «les ennemis de l’islam».

Outre le Pakistan, dans le monde musulman, le Qatar a soutenu vendredi que les nouvelles caricatures du prophète Mahomet alimentaient «la haine et la colère» et des dizaines d’islamistes ont manifesté devant l’ambassade de France au Koweït. En Algérie aussi, des centaines de militants islamistes ont manifesté vendredi dans le centre ville d’Alger contre Charlie-Hebdo.

En 2012, le Pakistan avait connu des manifestations sanglantes dans la foulée de la publication de caricatures de Mahomet et surtout de la diffusion du film américain anti-islam «L’innocence des musulmans». Les autorités avaient àcette occasion bloqué l’accès au site de partage de vidéos YouTube, qui n’a jamais été rétabli.

Niger : le centre culturel français de Zinder incendié. Dans la deuxième ville du pays, le Centre culturel français de Zinder a été incendié vendredi par des manifestants en colère après la publication du dernier numéro de Charlie Hebdo, représentant le prophète Mahomet. Une cinquantaine de personnes ont «cassé la porte» d’entrée, puis «mis le feu» àla cafétéria, àla médiathèque et àdes locaux administratifs du CCF, malgré des «tirs de sommation» de deux policiers présents pour protéger le complexe, a déclaré Kaoumi Bawa, le directeur du centre de Zinder, ville située dans le sud, non loin de la frontière avec le Nigeria.

Pakistan : un photographe de l’AFP grièvement blessé. Un photographe de l’Agence France-Presse a été grièvement blessé par balle vendredi lors de heurts entre la police pakistanaise et des manifestants hostiles au quotidien satirique Charlie Hebdo devant le consulat français de Karachi. Le photo-reporter Asif Hassan a été atteint d’une balle dans les poumons, puis transporté d’urgence àl’hôpital Jinnah, où il a subi avec succès une intervention chirurgicale. «La balle est entrée dans son poumon et est ressortie par sa poitrine. Il est hors de danger dans l’immédiat», a déclaré le porte-parole de cet hôpital de la métropole pakistanaise. Selon la police et des témoins, la balle provenait du camp des manifestants, mais il n’a pas été possible de confirmer cette information, les protestataires accusant la police d’avoir ouvert le feu. Les grands partis islamistes avaient appelé àdes manifestations nationales contre la Une de Charlie Hebdo. Des manifestations avaient aussi lieu vendredi àIslamabad, Lahore (est), Peshawar (nord-ouest), et Multan (centre) où un drapeau tricolore français a été brûlé.

VIDEO. Mobilisation àIslamabad, au Pakistan

Algérie : des milliers de manifestants àAlger. L’Algérie a vu des milliers de manifestants, hostiles àla Une de Charlie Hebdo, battre le pavé pour dénoncer les caricatures du prophète Mahomet. Ils répondaient àplusieurs partis notamment islamistes qui ont appelé jeudi àune marche contre le journal satirique français. La manifestation s’est toutefois déroulée loin de l’ambassade et du consulat de Français, très protégés et devant lesquels aucune manifestation n’y est autorisée. La foule s’est élancée peu après la prière du vendredi du quartier populaire de Belcourt, vers la place du 1er mai. Puis des centaines d’autres fidèles, pas seulement islamistes, ont rejoint les rangs des manifestants brandissant des pancartes avec des slogans: «Nous sommes tous Mohamed (NDLR, le prophète Mahomet)». Certains ont aussi crié leur soutien aux frères Kouachi, les tueurs de l’équipe de Charlie-Hebdo, le 7 janvier dernier, et que certains ont qualifiés de «martyrs».

VIDEO. Des milliers de manifestants anti-Charlie Hebdo àAlger

Turquie : les frères Kouachi célébrés en héros près d’une mosquée. Aux abords de la mosquée Fatih, àIstanbul, une centaine de personnes se sont réunies ce vendredi pour saluer la mémoire des frères Kouachi. Ils étaient rassemblés àl’appel d’une association islamique radicale et ont déployé une banderole àl’effigie de l’ancien chef d’Al-Qaïda Oussama Ben Laden, ainsi que des pancartes « Nous sommes tous Kouachi ».

VIDEO. Une centaine de manifestants rendent hommage aux frères Kouachi àIstanbul

Rassemblements aussi au Sénégal, au Mali et en Mauritanie. Des milliers de Mauritaniens se sont rassemblés, ce vendredi àNouakchott, la capitale. Ils ont manifesté devant le palais présidentiel et d’autres ont pris la direction de l’ambassade de France, pour protester contre Charlie Hebdo. Même constat àBamako, au Mali, et àDakar, au Sénégal ou des manifestants ont protesté contre la caricature du prophète Mahomet.

Niger, Mali, Sénégal

Source: http://www.leparisien.fr/international/niger-algerie-pakistan-ils-manifestent-contre-charlie-hebdo-16-01-2015-4452685.php

Niger, Mali, Sénégal... ils manifestent contre Charlie Hebdo
Dans plusieurs pays, des manifestations hostiles àla caricature du prophète Mohamet par Charlie Hebdo se sont déroulées, suivies parfois de violents débordements.
M. Pf. | 16 Janv. 2015, 17h43 | MAJ : 16 Janv. 2015, Au Niger, un drapeau français a été incendié e le Centre culturel français a été incendié vendredi àZinder, la deuxième ville du pays, lors d’une manifestation contre Charlie Hebdo.
Twitter/@Issoufou Oumarou

Les caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo ne plaisent pas àtout le monde. Dans plusieurs pays àmajorité musulmane, des manifestations ont eu lieu ce vendredi, jour de prière, pour dénoncer le «blasphème» imputé àl’hebdomadaire satirique. Certains rassemblements ont conduit àdes débordements, notamment au Niger, où le centre culturel français a été incendié, et au Pakistan, où un photographe de l’Agence France presse (AFP) a été blessé par balle.