Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Algérie : A Oran, Les salafistes reprennent du poil de la bête

Algérie : A Oran, Les salafistes reprennent du poil de la bête

jeudi 22 janvier 2015, par siawi3

Source : http://www.elwatan.com/actualite/oran-les-salafistes-reprennent-du-poil-de-la-bete-17-01-2015-285178_109.php

le 17.01.15 | 10h00

Un collectif de plusieurs associations et comités de quartier a appelé àmanifester àOran.
Hier à14h, après la prière du vendredi, plusieurs centaines d’Oranais se sont donc rassemblés sur la place du 1er Novembre pour dénoncer les nouvelles caricatures parues mercredi dernier dans le journal satirique Charlie Hebdo, et par làmême clamer haut et fort leur attachement au Prophète Mohamed.

Qu’àcela ne tienne… sauf que la manifestation n’a pas tardé àdéraper : dès que les manifestants et manifestantes ont entonné l’hymne national, un noyau perturbateur, au milieu de la foule, a tenté d’empêcher le chant patriotique en clamant « Allah Akbar ». On l’aura compris, des salafistes purs et durs étaient déterminés àtout faire pour récupérer l’événement.
« Pour ma part, je suis communiste et laïc, mais je tenais àêtre présent justement pour ne pas laisser le terrain libre aux islamistes radicaux. Ce qu’il y a de désolant est que ce genre de conjoncture redonne aux islamistes une virginité, si je puis dire. Et les premiers àen pâtir sont bien les démocrates algériens », nous a confié un manifestant. Un peu plus tard, alors que les organisateurs appelaient la foule àse disperser dans le calme, le noyau salafiste, n’ayant cure des directives, a quant àlui appelé àmarcher : « Tous au consulat français ! »
Il faut noter qu’aucun des manifestants salafistes ne tenait àla main l’emblème national, tous étaient munis du sinistre drapeau noir de l’Etat islamique et scandaient des slogans des plus haineux et meurtriers. Ils étaient donc des centaines àemprunter le boulevard Emir Abdelkader avant de bifurquer vers l’avenue Soummam en direction du consulat français d’Oran. Sur les lieux, un impressionnant dispositif sécuritaire avait été mis en place, ce qui a obligé les manifestants àdévier leur itinéraire pour regagner, bredouille, le Front de mer.
« Pour ceux qui ont connu l’horreur de la décennie noire, ce genre d’exhibition publique fait froid dans le dos », se désolent certains. D’autres relativisent : « Les salafistes ont l’air de reprendre du poil de la bête, mais il ne faut pas s’y méprendre : si vous l’avez noté, beaucoup des manifestants qui ont marché sont des enfants, d’autres ont marché par suivisme, sans trop se rendre compte que c’étaient les salafistes qui appelaient àla marche. »

El Kébir Akram

Notice to readers: Technical upgrade underway. No new content is being added here till further notice.