Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Irak : Musée de Mossoul - Quand Daech détruit la civilisation à coups de (...)

Irak : Musée de Mossoul - Quand Daech détruit la civilisation à coups de masses et de marteau-piqueurs

samedi 28 février 2015, par siawi3

Source : http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/270215/musee-de-mossoul-quand-daech-detruit-la-civilisation-coups-de-masses-et-de-marteau-piqueurs

27 février 2015

Par salah horchani

Tristesse, émotion, douleur au niveau de l’intellect et curieuse envie de hurler, de vomir devant le déroulement de cette vidéo* décrivant la destruction de statues millénaires et de pièces antiques inestimables, datant des périodes assyrienne et hellénistique, à coups de masses et de marteau- piqueurs, au Musée de Mossoul, en Iraq, ainsi que celle d’un taureau ailé assyrien en granit, sur le site archéologique de la porte de Nergal situé dans cette ville. Les salauds de vandales, incultes et barbares, assassinent l’Histoire du plus vieil État au monde, État qui a donné à l’Humanité l’écriture et le calcul, entre autres ; ils assassinent notre Histoire commune, un pan de la Civilisation universelle : ils veulent tuer notre mémoire, essentielle dans la possibilité de penser notre futur.

Et, cette vidéo me fait revivre les autodafés de milliers de manuscrits anciens, très anciens, de la bibliothèque de cette même ville, que ces mêmes salauds de vandales ont déjà brûlés.
Elle me fait aussi tristement revivre la destruction en 2001 d’autres statues qui appartenaient, également, au Patrimoine universel de l’humanité, celles des Bouddhas de Bâmiyân, en Afghanistan, destruction effectuée par d’autres salauds de vandales dénommés talibans.
Elle me fait penser à la destruction, du moins à la vandalisation, de centaines de mausolées soufis, de tombes d’hommes saints ou autres marabouts, datant de plusieurs siècles, sous prétexte qu’ils sont - comme dans le cas des centaines d’œuvres d’art détruites dans le Musée de Mossoul, comme dans le cas des Bouddhas de Bâmiyân - des centres de « perdition de l’âme », contrevenant au précepte de l’unicité de Dieu et conduisant, de ce fait, à l’« associationnisme », destruction perpétrée au Nord du Mali, en Libye, en Tunisie ou ailleurs par les acolytes locaux de ces salauds de vandales.
On peut citer, parmi les monuments les plus célèbres de ce type qu’ils ont détériorés, le mausolée dédié au saint et savant soufi Sidi Bou Saïd, datant du XIIIème siècle, qui a donné son nom au célèbre village blanc et bleu, connu par tous les amoureux de la Tunisie, à la vue imprenable sur Carthage et le golfe de Tunis, mausolée intégralement incendié le samedi 12 janvier 2013.
Enfin, elle me fait penser au sinistre Hitler ordonnant la destruction de Paris, évitée de justesse grâce à la courageuse et suicidaire désobéissance du général allemand Von Choltitz, Gouverneur militaire de cette ville au moment de sa libération en août 1944.

Une fois n’est pas coutume, un des rares bienfaits du colonialisme est d’avoir pillé le passé des espaces où ces salauds de vandales sévissent, pillage qui, heureusement et cyniquement, nous permettra de retrouver un brin de notre patrimoine commun au Musée du Louvre ou bien au British Muséum de Londres, entre autres. D’ailleurs, pour notre bonheur, ledit taureau ailé massacré par ces salauds de vandales a un jumeau exposé au British Muséum.

Et, ne comptons pas sur la communauté internationale pour réagir efficacement : elle ne l’a pas fait, à plus d’une occasion, quand ce sont des vieillards, des femmes et des enfants qui sont massacrés à huis clos, en Birmanie, en Iraq, au Nigéria, en Syrie et à Gaza, la martyre, par exemple.

Salah HORCHANI
*https://www.youtube.com/watch?v=Nj3xpmQuGVk