Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > La montée islamiste dans les Balkans

La montée islamiste dans les Balkans

jeudi 2 juillet 2015, par siawi3

Source : http://balkans.courriers.info/spip.php?page=pays&id_mot=527&nompays=Sandzak
http://balkans.courriers.info/article18556.html

Islam radical dans les Balkans : qui sont les wahhabites du Sandžak de Novi Pazar ?
Traduit par Persa Aligrudić
Publié dans la presse : 31 octobre 2011
Mise en ligne : vendredi 4 novembre 2011

Après l’attaque de l’ambassade américaine de Sarajevo, les wahhabites du Sandžak de Novi Pazar font de nouveau parler d’eux. Depuis 2007 et leur interdiction de prier en public, ces fondamentalistes se faisaient pourtant discrets. Dans cette région en pleine crise économique, les nouveaux fidèles sont recrutés parmi la jeunesse paupérisée. Difficile, pourtant, de savoir d’où vient leur argent. Le portrait d’une communauté marginalisée, mais puissante.


Source : http://balkans.courriers.info/article15648.html

Serbie : le Sandžak de Novi Pazar, nouveau « baril de poudre  » des Balkans ?
Traduit par Persa Aligrudić

Publié dans la presse : 18 juillet 2010
Mise en ligne : vendredi 30 juillet 2010
Depuis quelques mois, le Sandžak fait ànouveau la une des médias. Cette région du Sud de la Serbie va-t-elle devenir un « nouveau Kosovo  » ? Aucune volonté sécessionniste ne s’y est pourtant manifestée, mais les Bosniaques se montrent de plus en plus sensibles au discours du contesté mufti Zukorlić, alors que Belgrade joue, encore une fois, la carte des divisions et des manipulations au sein de cette communauté. L’analyse de Danas.


Source : http://balkans.courriers.info/article23862.html

Serbie : des bancs du lycée au djihad en Syrie
Traduit par Stéphane Surprenant

Publié dans la presse : 13 décembre 2013
Mise en ligne : mardi 17 décembre 2013
Il s’appelle Mirza Ganić. Il a 19 ans et a grandi àNovi Pazar. Il lui restait deux mois avant de terminer son cursus scolaire quand il est parti en Syrie. Pour tromper la vigilance de ses proches, il leur avait juré qu’il partait au Caire étudier les mathématiques. Itinéraire d’un jeune homme pris sous l’influence de plus en plus forte des wahhabites dans le Sandžak.

____________________________________________________________________
Source : http://balkans.courriers.info/article26116.html

Le Courrier des Balkans
Du Sandžak àVienne : le parcours d’un islamiste radical des Balkans
De notre correspondant àSarajevo

Mise en ligne : lundi 1er décembre 2014
La police autrichienne a lancé vendredi 28 novembre une vaste opération anti-terroriste : parmi les 13 personnes arrêtées, figure Mirsad Omerović, alias Ebu Tejma, originaire du Sandžak de Novi Pazar, figure connue de la mosquée Altun-Alem de Vienne, carrefour des réseaux radicaux des diasporas balkaniques.
Par R.T.

Le 28 novembre, des unités spéciales Cobra de la police autrichienne faisaient irruption dans l’appartement de Mirsad Omerović, situé dans le 22e arrondissement de Vienne. Dans le même temps, douze autres personnes étaient arrêtées dans la capitale, àGraz et àLinz, dans le cadre de la vaste opération antiterroriste ’Palmira’.


Source : http://www.courrierdesbalkans.fr/articles/kosovo-des-ecoles-financees-par-des-reseaux-islamistes.html

Des ONG au financement douteux
Kosovo : les réseaux scolaires et associatifs de l’islam radical
Koha Ditore | Traduit par Belgzim Kamberi | samedi 23 mai 2015


Retrouvez notre dossier :
Les Balkans et les guerres de Syrie et d’Irak

Mirsad Omerović, père de 5 enfants, originaire de la ville de Tutin dans le Sandjak de Novi Pazar, était plus connu sous le pseudonyme d’Ebu Tejma. Selon les informations données par les autorités autrichiennes, la veille de son arrestation il avait salué ses parents, leur indiquant son intention de se rendre en Syrie.
Omerović aka Ebu Tejma est accusé de faire partie d’un réseau terroriste qui collectait des fonds et recrutait des volontaires pour combattre dans les rangs de l’État islamique en Syrie. Il avait vécu dans la communauté salafiste de Gornja MaoÄ a en Bosnie-Herzégovine, et il était très proche de Nusret Imamović et Bilal Bosnić, les chefs du mouvement wahhabite bosnien, eux aussi impliqués dans le recrutement de volontaires pour la jihad en Syrie.

Le nom d’Abu Tejma était sorti de l’ombre lors de la disparition de deux adolescentes autrichiennes d’origine bosniaque, Samra Kesinović (17 ans) et Sabina Selimović (15 ans). Les deux filles étaient parties en avril dernier pour aller se battre en Syrie, et leurs familles avaient immédiatement accusé Mirsad Omerović, très actif àcette époque dans la mosquée Altun-Alem de la capitale autrichienne, de les avoir subjuguées.
Omerović était un membre connu de cette « congrégation d’Altun-Alem  », dirigé par son frère, connu sous le nom de Sheikh Adam. Bien connu de la police et des médias autrichiens, le groupe menait une politique active de radicalisation des musulmans d’Autriche, et on le soupçonne d’avoir organisé le départ de volontaires du djihad.