Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Israel : Intifada : l’inscription était sur le Mur

Israel : Intifada : l’inscription était sur le Mur

mardi 13 octobre 2015, par siawi3

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Source : « Information Clearing House » - « MEE »

Octobre 08, 2015

Par Gideon Levy

Ce n’est que rarement qu’un cliché aussi rebattu que celui-ci marque un témoignage si précisément : L’inscription est effectivement sur le mur,. Mes lecteurs me pardonneront ; aucune réponse, aucune explication ou analyse ne semble plus pertinente, dans cette conjoncture, quand le danger d’une troisième Intifada palestinienne qui éclate semble plus grande qu’àaucun moment de la dernière décennie. Toute personne déclarant être surprise n’a pas vécu au Moyen-Orient ces 10 dernières années. Toute personne déclarant être surprise a enterré sa tête dans le sable avec la plupart des Israéliens pendant une décennie. La seule chose surprenante est que la reprise de la rébellion ait pris 10 ans pour se produire.

Les personnages de la sécurité israélienne essaient encore de minimiser l’évidence, insistant que ceci n’est qu’une « vague de terreur  » pas une Intifada. Elles ont dit exactement la même chose quand les deux Intifadas précédentes ont éclaté. Quand la première Intifada a éclaté j’ai rencontré des membres de l’entourage du Ministre de la Défense d’alors, Yitzhak Rabin, en visite aux Etats-Unis àl’époque, dans un grand département de magasin àNew York. Il n’y avait aucune raison de se hâter de rentrer en Israë l, disaient-ils ; tout était sous contrôle. La seconde Intifada n’a pas non plus été anticipée exactement. Pourtant, toutes les deux ont éclaté, intensément, la seconde pire que la première.Les dimensions de la troisième seront encore plus grandes.

Il n’est pas encore clair si les événements qui se déroulent juste maintenant se développeront en une Intifada totale ou non, mais entre-temps il n’y aura pas de période de tranquillité entre la rivière du Jourdan et la mer très bientôt. Il est vrai qu’il y a eu des facteurs variés prévenant, jusqu’ici, l’explosion d’une troisième Intifada : le prix élevé payé par les Palestiniens pour la seconde Intifada qui n’avait pas réussi àréaliser quoique ce soit pour eux ; l’absence d’un leadership poussant les gens vers une autre grande rébellion ; des divisions palestiniennes internes, fortement intensifiées ces dernières années, entre le Fatah et le Hamas ; l’isolement international des Palestiniens dans une indifférence internationale croissante ; et la légère amélioration de la situation économique en Cisjordanie.

Mais tous ces facteurs, la plupart encore toujours en jeu, ne peuvent pas au cours du temps empêcher une troisième Intifada d’éclater. Même si les forces de sécurité israéliennes s’arrangent pour repousser ce génie qui se réveille dans sa bouteille, il n’y restera pas longtemps. Et il est improbable qu’elles y réussissent de toute façon. En écrivant ceci, un jour après que deux Juifs aient été assassinés dans la Vielle ville de Jérusalem, quelques 100 Palestiniens ont déjàété blessés par l’armée israélienne et la police israélienne dans des troubles dans toute la Cisjordanie : un ominous portent.

L’inscription a été sur le mur parce que la conduite d’Israë l, avec toute son arrogance insupportable et son insensibilité, ne peut pas manquer de conduire àune autre explosion terrible. La Cisjordanie a été calme pendant près de 10 ans, et pendant ce temps Israë l a constamment prouvé aux Palestiniens que le calme sera seulement rencontrée avec une intensification de l’occupation, l’expansion de colonies, plus de démolitions de maisons et plus d’arrestations de masse – y compris des milliers de détenus appelés administratifs qui sont incarcérés sans procès, la continuation de confiscation de terres, des incursions et des arrestations entièrement inutiles, et un doigt sur la gâchette qui démange résultant dans des dizaines de morts humaines inutiles et des provocations sans nombre exacerbant les sensibilités musulmanes concernant al-Aqsa et le temple de la Montagne.

Les Palestiniens vont-ils consentir àtout cela en silence ? A montrer de la retenue quand la Dawabsheh family est brà»lée vive àDuma et que personne n’est arrêté ou amené àun procès par Israë l, tandis que le Ministre de la Défense Moshe Yaalon se vante qu’Israë l sait qui a perpétré ce crime horrible mais, pour sauvegarder son réseau de renseignement, il ne les arrêtera pas ?

Quel peuple pourrait maintenir sa retenue face àune telle séquence d’événements, avec la puissance entière de l’occupation en arrière plan, sans espoir, sans prospectives, sans fin en vue. Il n’y a pas de négociations en cours, même pas en secret, la solution des deux états est apparemment morte de manière permanente et Israë l n’a pas d’alternative àproposer – et les Palestiniens doivent accepter tout cela et rester tranquille ? Rien de semblable n’a jamais eu lieu ailleurs, ni n’arrivera.

Alors que la tranquillité a été maintenue de l’autre côté du Mur pendant près de 10 ans, Israë l a prouvé qu’il n’y a pas de chance qu’il agira comme un partenaire pour des négociations sérieuses sur le statut de la Cisjordanie, et qu’il n’a pas l’intention de mettre fin àl’occupation, avec ou sans terrorisme. Un gouvernement qui a le Président des Etats-Unis enroulé autour de son petit doigt, ne subissant aucune punition en retour, est devenu ivre de pouvoir envers les Palestiniens aussi. C’est ce qui arrive quand le monde permet àIsraë l de se déchaîner àGaza et en Cisjordanie, gonflant l’arrogance d’Israë l et son intoxication de pouvoir au-delàde toutes limites.

Maintenant, l’addition s’amène. Ceux qui s’imaginaient qu’Israë l pouvait continuer dans cette voie pour toujours, et que les Palestiniens allaient continuer àacquiescer et àse soumettre indéfiniment – n’ont simplement jamais lu un livre d’histoire. Aucun peuple, nulle part, n’a jamais accepté àsa propre conquête sans résistance, et certainement pas pendant les temps modernes. La résistance est son droit, incidemment, une partie intégrante du droit international.

Maintenant, l’addition s’amène : l’Intifada, la vague d’une rébellion qui a été temporairement oubliée mais reviendra maintenant et bientôt. La vérité est que ces distinctions n’ont plus d’importance. La troisième Intifada est déjàlàou, dans le meilleur des cas, est juste derrière le coin. Benjamin Netanyahu et le gouvernement actuel d’Israë l, historiquement de droite, nationaliste et religieux, n’ont pas l’intention de faire quoique ce soit pour empêcher l’éruption imminente, et il y aura seulement plus d’effusions de sang, plus de checkpoints, plus d’arrestations, plus de détentions, plus de destructions et plus de tueries. C’est le seul langage parlé par le gouvernement actuel d’Israë l ; il n’en a pas d’autre. Il n’y a aucune chance que ce gouvernement tracera un autre chemin.

Vu cet état des choses, la crise actuelle se situe carrément au seuil de la communauté internationale. Absente une entité responsable en Israë l, la responsabilité lui échoit. La communauté internationale s’est longtemps comportée de manière servile vis-à-vis d’Israë l mais cette méthode, de plus d’un demi-siècle, s’est avérée elle-même être un échec retentissant.

Le temps est venu maintenant de changer les règles du jeu pour la communauté internationale aussi, d’abord et surtout les Etats-Unis : quiconque continue maintenant àpermettre àIsraë l d’être pris d’une crise meurtrière sans prendre des pas réels pour mettre fin àl’occupation, portera aussi la responsabilité pour la prochaine série de violences dans la région. Et l’effusion de sang ne se confinera pas entre la rivière Jourdan et la mer ; dans l’histoire de ce conflit, ses crises sont toujours allées plus loin que cela, exacerbant l’effusion de sang ayant lieu ailleurs dans le monde. Il faut que le monde indifférent s’active maintenant et prenne note.

Gideon Levy est un chroniqueur d’Haaretz et un membre du Conseil d’administration du journal (…)