Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Home > Resources > France : une jeune femme contrainte au niqab raconte

France : une jeune femme contrainte au niqab raconte

Friday 21 May 2010, by siawi2

Source : http://www.famillechretienne.fr/livres/sciences-humaines/societe/sous-mon-niqab_c6_s281_ss285_d56698.html

Sous mon niqab

de Zeina, Plon , 147 pages

Présentation de l’éditeur

Zeina est née dans une banlieue française.

Elle a été élevée au sein d’une famille musulmane traditionnelle.

Elle ne voulait pas porter le voile.

Pourtant, elle a dissimulé ses cheveux, son corps, puis son visage, jusqu’à ses yeux. Elle a revêtu le hijab, puis le jilbab et enfin le niqab. Son mari l’y a contrainte, à force de reproches, de blâmes, puis de coups. Sa propre famille l’y a encouragée : pour tous, elle était devenue «la fierté de l’islam». Zeina, elle, se sentait devenir une ombre, «un spectre» : peu à peu, elle a abdiqué sa volonté, sa dignité, son identité.

Pendant des années, elle s’est soumise. Sous son niqab, elle avait peur de se révolter. Hantise des coups, angoisse du déshonneur, terreur de l’Enfer dont la menaçaient les «soeurs» de la mosquée depuis qu’elle était enfant.

Jusqu’au jour où, aidée par une voisine, elle a trouvé le courage de s’enfuir. Elle a alors connu la rue, la misère, la traque impitoyable des siens. Elle a réussi, seule, à s’évader de la prison qui s’était refermée sur elle : aujourd’hui, Zeina a retrouvé un travail, sa liberté, et elle se reconstruit.

En butte au mépris des siens, au rejet, à la haine, aux menaces physiques, elle a décidé de raconter l’enfer qu’elle a vécu et son combat pour en sortir.

L’histoire de Zeina s’est déroulée en France, au XXIe siècle, à quelques centaines de mètres de chez nous.


Entretien avec l’auteur

par Claire Frangi

Source : http://www.famillechretienne.fr/societe/social/contrainte-a-porter-le-niqab-zeina-sest-enfuie-et-raconte_t7_s39_d56739.html

Zeina est une jeune femme née dans une famille musulmane traditionnelle, dans une banlieue française. Après ses études, elle s’est mariée par amour. Rapidement, le prince charmant s’est transformé en tyran. Sous les coups et les reproches, il la contraint à porter le niqab. Sa famille ne la soutient pas. Aujourd’hui, après des années de calvaire, Zeina s’est enfuie, emmenant son enfant. Elle témoigne dans un livre, paru en mai 2010, Sous mon niqab. Pour des raisons de sécurité, elle n’a pas souhaité nous rencontrer mais a accepté un échange téléphonique.

Pourquoi avoir voulu écrire ce livre ?

Pour ouvrir les yeux de jeunes filles naïves ou en aider d’autres, déjà mariées, à fuir avant que la situation ne se dégrade. L’Islam est avant tout une religion de tolérance – et non pas d’interdits – une belle religion. Je l’ai découvert après ma fuite, en me plongeant dans des recherches, en lisant le coran. Une minorité l’interprète à sa façon, le déforme et le salit.

Pourquoi ce « nouvel » islam prend-il le dessus sur ce que vous appelez le « vrai islam »?

Le « vrai islam », c’est celui que mes parents et les personnes plus âgées ont connu. Le souci, c’est qu’ils ont maintenant face à eux une minorité – intégriste – qui prétend savoir ce qu’est l’islam, et qui s’appuie sur des ouvrages qui confirment son point de vue. Or, les gens âgés ne sont souvent pas passés par l’école, et ne connaissent pas bien le coran. Ils finissent donc presque tous par croire les intégristes.

Le « nouvel islam » veut que les femmes ne fassent que des choses pures. Qu’elles s’effacent, soient le plus discrètes possible, pour ne pas attirer les regards. Sans quoi, l’époux est jaloux. C’est pourquoi il rappelle fréquemment cette soi-disant citation du hadith, montée de toutes pièces : « Ton paradis est sous les pieds de ton époux ». Cet argument, destiné à vaincre toute résistance, donne une légitimité à l’époux pour forcer sa femme à porter le niqab.

Cette minorité intégriste fait-elle de nouveaux adeptes ?

Je sais que cette mouvance se développe en France, mais je ne saurais pas dire dans quelles proportions. J’ai vu moins de niqabs dans mon pays d’origine.

À la mosquée, j’ai vu plusieurs Françaises de souches, venant de familles non musulmanes, se convertir à l’islam. Je repense à une jeune fille d’à peine 17 ans. Ses parents étaient divorcés et elle n’était pas bien psychologiquement. Elle recherchait un soutien. Les « sœurs musulmanes » de la mosquée savent bien entourer les personnes en difficulté. Cette jeune fille a trouvé en elles une seconde famille. Et a fini par demander à se convertir à l’islam.

Étonnamment, ces Françaises converties sont les plus assidues à respecter les préceptes ! Elles sont plus investies que la moyenne : elles aiment porter le niqab quand d’autres cherchent à l’éviter !

L’islam autorise-t-il la violence dont a usé votre mari ?

Quand une épouse est désobéissante, le coran autorise le mari à la remettre dans le droit chemin. Mais pas par la violence ! Même si certains l’interprètent autrement.

Pourquoi n’y a-t-il pas plus d’opposition de la part des femmes contraintes à se voiler ?

Se révolter serait, selon ce qu’affirme cette mouvance intégriste, aller contre l’islam et contre le bon sens. On ne peut pas non plus écouter une personne qui parle contre l’islam : on est sûr que ce qu’elle dit est un non-sens. C’est pour cela que je n’ai pas su entendre les quelques signaux d’alerte de mon entourage. Sauf avec cette voisine, qui m’a sauvée. Ce qu’elle m’a dit m’a touchée au cœur. Elle ne m’a pas parlé d’islam, mais de droit, de violence conjugale. Et elle m’a affirmé que mon enfant méritait une meilleure vie. Ce qui a provoqué en moi un déclic.

Pourquoi certains musulmans s’installent-ils en Occident s’ils déplorent son mode de vie ?

Les imams radicaux clament que la puissance de l’islam est telle qu’il envahira tous les pays du monde. C’est ce qui incite nombre de musulmans à s’installer en Occident et à attirer à eux un maximum de personnes.

Êtes-vous favorable à une législation réglementant le port de la burqa en France?

J’y suis opposée parce qu’une loi autorisera les époux à cloîtrer les femmes encore plus facilement. Elle leur ôtera les rares occasions de sorties que sont l’école ou la supérette.

Aujourd’hui, quand vous croisez une femme en niqab, quelle est votre réaction?

Claire Frangi

Par crainte des représailles, Zeina vit cachée, sous un nom d’emprunt. Elle a refusé de livrer des détails comme son âge, son pays d’origine, le sexe de son enfant, etc.