Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Chems-Eddine Hafiz : « Formation des imams : le but qui est le mien  (...)

France : Chems-Eddine Hafiz : « Formation des imams : le but qui est le mien »

dimanche 5 décembre 2021, par siawi3

Source : https://www.lefigaro.fr/vox/societe/chems-eddine-hafiz-formation-des-imams-le-but-qui-est-le-mien-20211130

Chems-Eddine Hafiz : « Formation des imams : le but qui est le mien »

Chems-Eddine Hafiz

30/11/2021 à 20:03

TRIBUNE - Le recteur de la Grande Mosquée de Paris répond à Me Thibault de Montbrial qui, dans nos colonnes, l’a accusé de s’allier avec les Frères musulmans (Musulmans de France, ex-UOIF) dans le cadre de la création d’un Conseil national des imams concurrent de celui annoncé par le Conseil français du culte musulman.

°

Depuis mon arrivée à la tête de la Grande Mosquée de Paris, en janvier 2020, j’ai fait de la prévention de la radicalisation l’une de mes grandes priorités. Je mène cette lutte contre l’extrémisme afin de prémunir concrètement nos concitoyens musulmans des attraits de l’islam politique. Je ne suis pas de ceux qui tournent le dos aux territoires perdus de notre République et à notre jeunesse, parfois désorientée. L’institution que je dirige a le devoir de leur tendre la main et de trouver, pour eux et avec eux, tous les moyens d’exprimer combien l’islam est une religion pacifique, ouverte et humaniste, qui peut s’épanouir en tout lieu et en tout temps.

Dans une tribune parue dans les colonnes du Figaro le jeudi 25 novembre 2021, Thibault de Montbrial me reprochait, non sans condescendance, une « alliance » contre-nature avec la fédération Musulmans de France pour la formation des imams. En cause, ma visite à l’Institut européen des sciences humaines (IESH), géré par cette fédération, près de Château-Chinon, le 17 novembre dernier.

Thibault de Montbrial : « Laissera-t-on, en France, des imams être formés par les Frères musulmans ? » : https://www.lefigaro.fr/vox/societe/thibault-de-montbrial-laissera-t-on-en-france-des-imams-etre-formes-par-les-freres-musulmans-20211124

Gardons-nous des péroraisons hâtives et expliquons le sujet. La formation des imams représente un chantier majeur pour le devenir du culte musulman en France. L’Institut Al-Ghazali de la Grande Mosquée de Paris et l’IESH sont, en France, les deux seuls instituts de formation des imams depuis les années 1990. Il est donc normal que nous échangions, avec discernement et sans compromissions.

Lors de ma visite à l’IESH, j’ai présenté la réforme de l’Institut Al-Ghazali pour une formation des imams mieux ancrée dans la vie de la société française, dans son histoire et ses valeurs, et prenant à bras-le-corps le problème de la radicalisation. Ainsi nous ne restons pas les bras croisés face aux réalités du terrain et nous cherchons à remédier aux difficultés rencontrées par les étudiants et les imams dans leur vocation.

Le Conseil national des imams, créé le 21 novembre 2021 sous l’impulsion de quatre fédérations nationales, dont Musulmans de France, a pour raison d’être la mise en œuvre d’un agrément pour les ministres du culte, la définition d’un statut de l’imam et l’accompagnement de sa vie professionnelle grâce à la formation continue. Des fédérations musulmanes, en dialogue permanent avec les pouvoirs publics, ont validé les principes de ce nouveau projet, qui jette les fondations d’un nouvel édifice permettant à des imams républicains de s’épanouir et d’épanouir leurs coreligionnaires.

Du point de vue des dénigreurs professionnels, cependant, l’événement n’est qu’une gesticulation de plus d’un groupe de musulmans immatures, sinon dangereux. Je veux les rassurer : un Conseil national des imams infiltré par des ennemis des valeurs républicaines n’existera jamais. N’en déplaise aux professeurs autoproclamés de « maturité républicaine », nous saurons mettre en place un système immunitaire efficace. Oui, nous serons capables de reconnaître les dérives éventuelles parmi nos partenaires, et leur demanderons d’y remédier pour rester ensemble.

Crier constamment à la dérive sectaire est une chose, mais s’engouffrer dans le chaos des idées destructrices et y mettre de l’ordre, comme nous souhaitons le faire, en est une autre. À moins que le monde des idées ne nous soit, lui aussi, confisqué. Car c’est bien un combat d’idées que la Grande Mosquée de Paris entend mener.

Nouvelle crise dans l’islam de France
 : https://www.lefigaro.fr/actualite-france/nouvelle-crise-dans-l-islam-de-france-20211119

Je suis très conscient des adversités, y compris parmi les musulmans eux-mêmes. Je l’assume totalement et j’affirme que l’islam est une religion accueillante, bienveillante et solidaire, qui ne renonce jamais aux siens, même partis un peu loin, un peu trop longtemps. Il est toujours possible de sortir du piège de l’islamisme en s’assumant en tant que musulman et en réapprenant l’indulgence et la tolérance. Il n’y a rien de définitif dans cette mésaventure, qui a conduit certains musulmans loin de la communauté nationale. Nous leur disons sans jamais perdre espoir : « Revenez parmi nous, avant de commettre l’irréparable ! »

C’est ainsi que Musulmans de France, avec d’autres fédérations musulmanes, ont adopté et signé la charte des principes pour l’islam de France le 18 janvier 2021 à l’Élysée, devant M. le président de la République.

Il est à souligner que le Conseil national des imams résulte de la dynamique impulsée par cette charte, qui engage, avec force et clarté, au rejet de l’islam politique, des organisations islamistes et de leurs idéologies. Contrairement aux rodomontades de Thibault de Montbrial, la Grande Mosquée de Paris s’implique et propose des mesures concrètes pour contrer l’islamisme dans notre pays. Elle est ouverte à celui qui œuvre pour l’existence harmonieuse de l’islam dans la République française et pour les droits et les devoirs de nos concitoyens musulmans. Elle sollicite de ce fait les fédérations musulmanes signataires de la charte des principes pour l’islam de France, auxquelles je ne peux faire de procès d’intention et qui seront désormais scrutées en fonction de leurs actes.

En pratique, la Charte des principes de l’islam de France s’appliquera-t-elle vraiment ? : https://www.lefigaro.fr/actualite-france/en-pratique-la-charte-des-principes-de-l-islam-de-france-s-appliquera-t-elle-vraiment-20210125

D’ici là, cessons cette incapacité à comprendre où se trouve l’islamisme et à jeter la fameuse suspicion du double langage sur les compatriotes de confession musulmane qui s’évertuent à parler vrai et à réconcilier les enfants de la nation. Le défi est sérieux. Il devrait faire l’union de toutes les composantes de notre société prêtes et déterminées à le résoudre. Et la Grande Mosquée de Paris restera le lieu de rassemblement où se parachèvera un islam de France compatible avec la République.