Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Yémen : plus de 100 morts dans une frappe aérienne contre une prison

Yémen : plus de 100 morts dans une frappe aérienne contre une prison

dimanche 23 janvier 2022, par siawi3

Source : https://www.lemonde.fr/international/article/2022/01/21/yemen-la-coalition-multiplie-ses-frappes-et-provoque-une-panne-d-internet-dans-le-pays_6110425_3210.html

Yémen : plus de 100 morts dans une frappe aérienne contre une prison

Accusée par les houthistes d’avoir perpétré ce « crime », la coalition intervenant au Yémen a nié, samedi, tout ciblage du centre de détention, dénonçant une « désinformation » de la rébellion.

Le Monde avec AP et AFP

Publié hier 21.01.22 à 13h07, mis à jour à 05h20


Capture d’écran
d’une vidéo montrant la destruction d’une prison à Saada, dans le nord du Yémen, le 21 janvier 2022. - / AFP

Une frappe aérienne visant une prison dans la ville de Saada, fief des rebelles houthistes dans le nord du Yémen, a fait plus de 100 morts, vendredi 21 janvier, a déclaré le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). L’attaque n’a pas été revendiquée, mais les houthistes ont accusé la coalition d’avoir perpétré ce « crime ».

Samedi matin, la coalition intervenant au Yémen – dirigée par l’Arabie saoudite et à laquelle participent les Emirats arabes unis – a nié tout ciblage du centre de détention de Saana, dénonçant une « désinformation » de la rébellion. Dans un communiqué, cité par l’agence de presse officielle saoudienne, la coalition dit avoir examiné ces informations de façon « extrêmement sérieuse » avant de conclure qu’elles étaient « sans fondement » et ne reposaient sur « aucune base ».

Dans la journée de vendredi, l’ambassadrice émiratie à l’ONU, Lana Zaki Nusseibeh, interrogée sur cette frappe meurtrière avait déclaré que la coalition a « une réponse proportionnée dans toutes ses opérations militaires ». « La coalition s’engage à respecter le droit international » dans cette guerre, a aussi affirmé la diplomate.

Les rebelles ont diffusé une vidéo montrant des images présentées comme les conséquences de la frappe à Saada : bâtiments détruits, secouristes dégageant des corps et cadavres mutilés.

Les Etats-Unis appellent à la désescalade

« Il y a plus de 100 morts et blessés, et cela augmente », a déclaré Bachir Omar, porte-parole du CICR au Yémen, citant le bilan des hôpitaux. Médecins sans frontières (MSF) a de son côté établi un bilan de 70 victimes et 138 blessés. Mais ce dernier ne concerne qu’un seul hôpital de Saada, a précisé un porte-parole de MSF, ajoutant que « deux autres établissements ont reçu de nombreux blessés, et des recherches ont toujours lieu dans les décombres de la prison ».

« De ce que j’ai entendu de la part de collègues à Saada, il y a de nombreux corps sur le site de la frappe, et de nombreux disparus. Il est impossible de savoir combien de gens ont été tués », a déclaré Ahmed Mahat, le chef de la mission de Médecins sans frontières au Yémen. L’hôpital de la ville avait reçu quelque 200 blessés et disait alors ne plus pouvoir en accueillir.

« Les Etats-Unis sont très préoccupés (…) par l’escalade au Yémen », a déclaré, dans un communiqué, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken qui appelle ainsi « toutes les parties au conflit à la désescalade, à respecter le droit humanitaire et à s’engager pleinement dans un processus de paix inclusif sous l’égide de l’ONU ».

Lire aussi : Les houthistes tentent de changer le cours d’une guerre toujours plus meurtrière

Des enfants tués dans une attaque à Hodeïda

Par ailleurs, la riposte de la coalition après l’attaque meurtrière contre les Emirats arabes unis revendiquée par les rebelles houthistes soutenus par l’Iran se poursuit. Dans la nuit de jeudi à vendredi, la coalition a bombardé la ville d’Hodeïda, située sur la mer Rouge et contrôlée par les houthistes, détruisant un centre de télécommunications. Au moins trois enfants ont été tués, selon l’ONG Save the Children. « Ils jouaient apparemment sur un terrain de football voisin quand les missiles sont tombés. »

Un correspondant de l’AFP à Hodeïda a décrit une attaque de grande envergure, qui a provoqué une panne d’Internet dans tout le pays, selon l’organisation NetBlocks, une organisation non gouvernementale (ONG) spécialisée dans la surveillance de l’Internet dans le monde.

Le Centre d’analyse appliquée des données d’Internet et la société CloudFlare, respectivement basés à San Diego et à San Francisco (Californie), ont également constaté une panne nationale touchant le Yémen à partir de la même heure. NetBlocks a fait état d’un « effondrement des connexions Internet dans le pays » après les bombardements. Des correspondants de l’Agence France-Presse (AFP) à Hodeïda et à Sanaa ont confirmé la panne.

Lire aussi  : Attaque de drones : la coalition menée par l’Arabie saoudite riposte par des frappes aériennes meurtrières au Yémen

377 000 morts depuis plus de sept ans de guerre

La coalition progouvernementale, qui combat les rebelles houthistes, a déclaré qu’elle visait une « plaque tournante de la piraterie et du crime organisé » dans cette ville portuaire. L’agence de presse de l’Etat saoudien a déclaré que la coalition avait effectué des « frappes aériennes ciblées pour détruire les capacités d’action de la milice houthiste à Hodeïda ».

Mieux comprendre la guerre au Yémen

La majeure partie de l’aide humanitaire destinée au Yémen transite par Hodeïda, un enjeu vital dans la guerre au Yémen. L’attaque survient après que les rebelles houthistes ont détourné un navire battant pavillon des Emirats arabes unis en mer Rouge : la coalition avait, en effet averti qu’elle bombarderait en représailles les ports tenus par les rebelles.

Lire aussi : L’émirat d’Abou Dhabi cible d’une attaque de drones

Lundi, les rebelles ont revendiqué une attaque au drone et au missile qui a frappé des installations pétrolières et l’aéroport d’Abou Dhabi, capitale des Emirats arabes unis, tuant trois personnes et en blessant six. Les Emirats sont membres de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite. Selon l’Organisation des Nations unies, le conflit au Yémen a fait 377 000 morts, victimes directes et indirectes d’une guerre qui dure depuis plus de sept ans.

Le Monde avec AP et AFP