Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Allemagne : Une djihadiste partie en Syrie à 15 ans jugée en Allemagne

Allemagne : Une djihadiste partie en Syrie à 15 ans jugée en Allemagne

mardi 25 janvier 2022, par siawi3

Source : https://www.lefigaro.fr/flash-actu/une-djihadiste-partie-en-syrie-a-15-ans-jugee-en-allemagne-20220125

Une djihadiste partie en Syrie à 15 ans jugée en Allemagne

Par Le Figaro avec AFP

Publié le 25.01.22 il y a 4 heures, Mis à jour il y a 4 heures

Le procès se tiendra à huis clos car la jeune femme, qui comparaît libre, n’était pas majeure au moment des faits. AFP

Leonora Messing, qui avait rejoint l’État islamique, comparaît devant la justice de son pays pour complicité de crime contre l’humanité après avoir été rapatriée avec ses deux enfants.

Comment expliquer la radicalisation d’une adolescente dans un bourg rural de l’ex-RDA, où la première mosquée se trouve à plus de 50 km ? La justice se penche à partir du mardi 25 janvier sur le parcours d’une djihadiste allemande partie en Syrie à l’âge de 15 ans. Leonora Messing, qui avait rejoint l’organisation État islamique (EI), comparaît devant la justice de son pays pour complicité de crime contre l’humanité après avoir été rapatriée avec ses deux enfants. Elle a aujourd’hui 21 ans. Elle est jugée à Halle (est) pour appartenance à une organisation terroriste et pour avoir aidé, en juin 2015, son époux djihadiste à « acheter » une femme yazidie, une minorité kurdophone d’Irak réduite à l’esclavage par l’EI.

Le procès se tiendra à huis clos car la jeune femme, qui comparaît libre, n’était pas majeure au moment des faits. Son histoire, fortement médiatisée, avait suscité la stupéfaction en Allemagne. Leonora Messing avait fugué de chez son père en mars 2015 pour rejoindre les zones syriennes sous contrôle de l’EI. Peu après son installation à Raqa, « capitale » autoproclamée de l’organisation djihadiste, elle était devenue la troisième épouse d’un Allemand originaire de sa région.

Le père de l’adolescente, un boulanger du village de Breitenbach, avait découvert la conversion de sa fille à l’islam radical en ouvrant son ordinateur et son journal intime après sa disparition. Il était alors tombé sur des photos de l’adolescente en niqab. Six jours après sa disparition, son père avait reçu un message l’informant que sa fille « s’était décidée pour Allah et l’islam » et qu’elle était « arrivée dans le califat ». « C’était une bonne élève », expliquait son père, Maik Messing, à la radio régionale MDR en 2019. « Elle se rendait dans une maison de retraite pour faire la lecture aux personnes âgées. Elle a participé au carnaval en tant que majorette. Dans notre entourage, beaucoup l’ont vu ce jour-là pour la dernière fois ».

Double vie

L’adolescente menait en fait une double vie et fréquentait, à l’insu de ses parents, une mosquée de Francfort dans le collimateur du Renseignement intérieur. Leonora Messing figure parmi les plus de 1.150 islamistes qui ont quitté l’Allemagne à partir de 2011 pour rejoindre la Syrie et l’Irak, selon le gouvernement allemand. Mais son cas a suscité une attention particulière en raison de son jeune âge mais aussi parce que son père a accepté d’être suivi durant quatre ans par une équipe de la télévision et radio publique régionale NDR. Il a notamment rendu public les milliers de messages qu’il a continué d’échanger avec sa fille, révélant à la fois des scènes du quotidien dans les zones de l’EI mais aussi la quête désespérée de fuite de la jeune fille.

La justice allemande reproche à Leonora Messing d’avoir travaillé durant trois mois dans un hôpital de l’EI à Raqa puis d’avoir « espionné » des épouses de combattants pour les services de renseignement de l’organisation. Elle a également participé à un trafic d’être humain, selon le Parquet, après que son époux eut « acheté » une Yazidie de 33 ans avant de la revendre. Devenue mère de deux petites filles, la jeune femme avait fini par être détenue dans un camp sous contrôle kurde dans le nord de la Syrie. En décembre 2020, elle avait été rapatriée en Allemagne lors d’une des quatre opérations organisées à ce jour par Berlin et qui ont permis de ramener 54 personnes, dont une majorité d’enfants (42), selon des données transmises par le gouvernement aux députés. Arrêtée à son arrivée à l’aéroport de Francfort, elle avait par la suite été remise en liberté.

L’Allemagne a, à plusieurs reprises, été condamnée par les tribunaux à rapatrier des femmes et des enfants de djihadistes. Une Cour de Berlin avait exigé en octobre 2019 qu’une Allemande et ses trois enfants soient ramenés dans leur pays d’origine, la justice arguant qu’ils étaient traumatisés et ne pouvaient être séparés de leur mère. Soixante et onze Allemands se trouvent toujours à l’heure actuelle dans ces camps nord syriens, auxquels s’ajoutent 30 personnes ayant un lien avec l’Allemagne, selon Berlin.

A lire aussi :
« Revenants » : le rapatriement des enfants conseillé
Les Revenants : l’essai sur le djihad qui réconcilie Roy et Kepel