Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Le soldat Hollande veut partir en guerre

France : Le soldat Hollande veut partir en guerre

mercredi 17 octobre 2012, par siawi3

lundi 8 octobre
Source : http://lepcf.fr/spip.php?page=breve&id_breve=205

Le discours de François Hollande lors de l’assemblée de l’ONU le 25 septembre dernier n’a pas fait beaucoup de vagues. Pourtant, tout le monde a pu l’entendre prononcer les mots d’un véritable va-t-en guerre. Dans ce domaine aussi, le nouveau Sarkozy est arrivé. « Combien de morts devrons-nous attendre avant d’agir ? Comment admettre cette paralysie de l’ONU ? » a-t-il lancé en pointant indirectement le blocage de la Chine et de la Russie. Il a alors rappelé la position du gouvernement PS-EELV en faveur d’une reconnaissance d’un gouvernement provisoire, « représentatif de la nouvelle Syrie libre, dès lors qu’il sera formé ». Le chef de l’Etat, incitant à une intervention directe, a aussi demandé aux Nations unies « que soient protégées les zones libérées et que soit assurée une aide humanitaire aux réfugiés ». A quelles zones « libérées » a-t-il fait allusion ? C’est un langage de provocation vis-à-vis d’une nation souveraine, langage indigne d’un président de la république.

Quant à une éventuelle future possession de l’arme nucléaire par l’Iran, Hollande a préconisé de « nouvelles sanctions ». De quoi se mêle-t-il ? Si encore il était le champion du désarmement nucléaire et un véritable combattant pour la paix, il serait légitimé à tenir de tels propos. Mais de quel droit peut-il exiger cela de l’Iran alors que les caves de l’armée française regorgent d’armes nucléaires, et que l’Iran se trouve sous la menace des bombes israéliennes et américaines ? Et toujours dans le chapitre « suivez mon panache guerrier », il s’est aussi permis d’exhorter à une réaction rapide dans le Sahel pour lequel, selon lui « il n’y a pas de temps à perdre ».

Ainsi, Hollande se situe dans la continuité de la politique de Sarkozy, c’est-à-dire à l’avant-garde des ambitions impérialistes de l’OTAN.